Category Archives: Projet Mobilités 2025-2030

Réponse du SMTC au maire de Plaisance.

L’AUTATE et le désert de l’Ouest demandent la réalisation d’un programme d’investissement en transports en commun à l’ouest, zone complètement bouchée.  De notre point de vue, il faut,

1/la création d’une ligne de tramway à l’Ouest qui desserve Colomiers, Tournefeuille, Plaisance, Cugnaux, Villeneuve-Tolosane et Portet.

2/la prolongation du métro vers Tournefeuille.

Aussi, nous sommes très attentifs à tous les projets sur cette zone que nous appuyons, grâce à nos adhérents et relais décisionnels.


Réponse du SMTC (cliquer) au maire de Plaisance suite aux contributions des Personnes Publiques Associées (PPA) au Projet Mobilités.

A la suite de l’analyse de plusieurs contributions dans le cadre de la consultation des personnes publiques associées (dont Plaisance-du-Touch, Save-au-Touch, SITPRT, Autate, …), le SMTC a réalisé une étude d’opportunité de mise en œuvre d’une liaison transversale Colomiers/Portet-sur-Garonne, via Plaisance-du-Touch et Cugnaux.
Cette étude montre un potentiel certain entre Colomiers et Plaisance-du-Touch et entre Cugnaux et Portet-sur-Garonne, mais pas à ce jour sur l’intégralité d’une liaison transversale, de part des conditions de densité et d’organisation des territoires non suffisantes pour justifier d’une desserte structurante et capacitaire en TC.
La ligne 55 a clairement été identifiée comme pouvant être le point de départ d’un projet structurant entre Colomiers et Plaisance.

 

Share

[La Dépêche] Polémique autour du coût du «RER à la toulousaine»

Patrick Vandevoorde a écarté, récemment devant la presse, l’alternative d’un RER à la toulousaine au projet de troisième ligne de métro. Au motif que l’étoile ferroviaire (l’utilisation des voies SNCF existantes autour de Toulouse mais cadencées au quart d’heure) coûterait beaucoup plus cher que le projet Toulouse Aerospace Express (La Dépêche du 17 octobre).

Le président du conseil scientifique chargé d’étudier les éventuelles alternatives au projet de métro reliant Colomiers, Toulouse-Matabiau et Labège a lancé le chiffre de 3,5 milliards d’euros pour l’étoile ferroviaire, soir bien plus que les 2,3 milliards estimés pour la troisième ligne de métro.

Mais diverses personnalités membres du groupe miroir institué par le SMTC Tisséo pour suivre le projet de déplacements urbains, groupe qui a été informé directement par le président du Conseil scientifique de ses travaux , contestent ce chiffre, car il engloberait des investissements déjà prévus ailleurs et qui ne seraient donc pas financés dans le cadre du plan Mobilités.

«Dans cette estimation (à 3,5 milliards) apparaît une ligne concernant l’aménagement ferroviaire au nord de Toulouse (AFNT) d’un montant de 625 millions. Or l’AFNT fait partie du projet GPSO , qui est une participation Etat/Région; donc qui ne sera pas «à payer» par Tisséo. Si l’on retire toutes ces lignes d’estimations déjà programmées, nous arriverions à un coût de 1.9 milliards», indique-t-on.

La région Occitanie, représentée aussi au groupe miroir a confirmé cette information, sans toutefois donner de précision sur le véritable coût de l’option «RER à la toulousaine».

Un autre élément n’aurait pas été pris en compte par le Conseil scientifique, ajoutent les défenseurs de l’étoile ferroviaire, le fait d’aller chercher les habitants plus loin que ne le font le métro, les tramways, les bus. Pour autant, ce projet ne paraît guère réalisable en l’état actuel de la SNCF et des projets de la Région, qui privilégient les TER entre les villes principales de la région et Toulouse mais pas les liaisons de la proche périphérie. Pour Patrick Vandevoorde, il demanderait en outre «au moins vingt ans pour être réalisé, pour une fréquentation espérée quatre fois moindre que la troisième ligne : 50 000 passagers/jour contre 200 000 pour le métro», selon lui.

Mais si ces chiffres sont à l’aune de ceux donnés concernant le coût de l’étoile ferroviaire…

lire sur le site cet article de Philippe Emery paru dans la Dépêche du midi le 24 octobre 2017

 

Share

[ActuToulouse] Un projet de RER pour Toulouse…

Un article paru dans Actu Toulouse le 20 octobre 2017

Un projet de RER pour Toulouse comme à Paris : c’est « oui » mais (vraiment) pas pour tout de suite

Venir à Toulouse en RER comme les Parisiens le font de la banlieue vers la Capitale, certains usagers en rêvent. C’est possible, mais il va falloir patienter. Les explications.

(…) lire l’article complet sur le site

« Quand on veut tuer son chien… »

Une conclusion qui a fait réagir l’Autate via sa présidente, Marie-Pierre Bès :

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Le comité scientifique a travaillé ici à charge en élargissant le périmètre de notre proposition et en prenant en compte des gares que nous n’avions pas envisagées. Le cahier des charges qu’ils ont donné au cabinet d’étude était à charge, surévalué. Sur cette base, c’est facile d’augmenter le coût du projet. Dans les faits, nous avons eu trois réunions avec le comité et dès la deuxième nous avons senti que le coût de notre projet serait surévalué. Leur étude est hors sujet dans le cadre du Projet Mobilités et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne sommes pas contents.

Pour l’heure, le seul projet de RER de l’agglomération toulousaine est celui de l’aménagement des voies ferrées du nord toulousain qui prévoit le doublement de la voie ferrée sur 19 km entre Castelnau d’Estretefonds et Matabiau. Un projet, à hauteur de 566 millions d’euros, qui est programmé dans le cadre du projet de LGV Bordeaux-Toulouse. Sauf que le projet de LGV Bordeaux-Toulouse tangue largement, notamment en raison d’un plan de financement loin d’être constitué.

L’autre ligne qui pourrait muter en ligne RER serait la ligne C entre Colomiers et les Arènes. Le doublement des voies nécessiterait cependant un investissement de 50 millions d’euros.

Autant dire que le débat sur la faisabilité d’un réseau RER, ce sujet en plein dans la problématique de la mobilité au quotidien chère au gouvernement actuel, ne fait que commencer.

Share

[20minutes] Un RER à Toulouse ? Selon une étude, c’est pas pour demain

Commandée dans le cadre de l’examen des alternatives à la troisième ligne de métro, une étude montre que développer un RER toulousain sur « l’étoile ferroviaire » existante serait long et onéreux…

lire l’article complet paru dans 20 minutes le 17 octobre 2017

Il n’en fallait pas moins que cette perspective pour contenter l’Autate. « Le RER toulousain est un jalon impératif pour l’avenir des déplacements dans l’agglomération toulousaine (…) Le train d’agglomération est nécessaire et faisable. », réagit l’association.

Share

[La Dépêche] 3e ligne : le conseil scientifique écarte l’alternative d’un RER à la toulousaine

Un article paru dans la Dépêche le 17 octobre 2017.

Pour lire l’article

Le conseil scientifique mis en place par Tisséo pour plancher sur les alternatives au projet de 3e ligne écarte l’étoile ferroviaire et continue d’étudier la variante Centre et la desserte de l’aéroport.

Share

Le RER toulousain est nécessaire et faisable.

Le RER toulousain est nécessaire et faisable.

L’association des Usagers des Transports de l’Agglomération Toulousaine et de ses Environs (AUTATE) a critiqué la partialité du conseil scientifique qui devait étudier l’alternative « bus tramway métro train vélo » proposée par l’AUTATE, suite au grand débat public sur l’opportunité de réaliser la troisième ligne de métro.

M. Jean-Claude RUYSSCHAERT le garant de la concertation post-débat public a mis en place et animé un groupe de travail dit miroir composé de personnalités indépendantes pour juger de l’impartialité de l’étude des alternatives.

Ce matin 16 octobre, le SMTC a présenté une étude de faisabilité concernant la partie RER Toulousain des « solutions alternatives » de l’AUTATE, soit les 3 lignes Muret/ Castelnau d’Estrétefonds, Rouffiac/Escalquens et Arènes/Lèguevin.

Cette étude montre selon les termes du SMTC que le RER toulousain est un jalon impératif pour l’avenir des déplacement dans l’agglomération toulousaine; que pour un investissement de 1,9 milliards d’euros en considérant les 1,5 milliards d’euros déjà engagés par la région et l’État dans le doublement de la ligne nord, il serait possible de réaliser d’ici 2034 un RER complet et à très forte capacité; le train d’agglomération est nécessaire et faisable.

L’AUTATE demande de poursuivre la démarche :

1/proposer un phasage chiffré de la mise en place progressive du RER toulousain (et non pas dans 20 ans) afin de commencer à résorber au plus vite les embouteillages à l’extérieur de la rocade. L’AUTATE estime que, seule la prise en compte des premiers phasages du RER dans le Projet mobilités du SMTC, permettra de répondre aux besoins de déplacements à l’extérieur de la rocade. Conformément aux nouveaux dispositifs de participation du public, le SMTC devra amender son Projet mobilités en ce sens.

2/faire une étude complète : L’AUTATE rappelle que son projet alternatif inclut aussi un réseau [bus tramway tram-train vélo] de proximité qui permettrait de desservir tout le territoire. Nous restons dans l’attente de l’étude correspondante.

Share

L’avis de l’AUTATE sur le Projet Mobilités 2025-30 dans le cadre de l’enquête publique

Enquête Publique : contribution Autate (cliquer)

Avis défavorable.

L’ AUTATE constate que mis à part les usager-e-s de la future la ligne de métro TAE, le Projet Mobilités 2025-2030 du SMTC ne devrait pas engager une mutation profonde des pratiques de mobilité sur le territoire du PDU, en particulier sur les périphéries et ne permettra pas d’augmenter fortement l’usage des transports publics.

Le Projet Mobilités 2025- 2030 du SMTC n’anticipe pas la croissance démographique en ne permettant pas une baisse sensible du nombre journalier de déplacements en voiture.

Les déplacements automobiles quotidiens se situent plutôt au Nord (Aucamville vers Blagnac), à l’Ouest (Blagnac-Colomiers-Tournefeuille) et au Sud (Cugnaux, Frouzins, Portet) que sur le trajet de la future la ligne de métro TAE.

La partie du projet dit de « ceinture Sud » n’est pas traitée sérieusement  à l’aide d’éléments tangibles.

En deuxième couronne, est mentionné un système de bus Optimo dont les principes de fonctionnement ne sont pas décrits. L’AUTATE en conclue que la Ligne TAE est un Grand Projet inutile de plus…D’autant plus que pour une enveloppe financière équivalente, il est possible de réaliser un réseau efficace de tramways et de bus prioritaires, ainsi qu’un réseau cadencé de trains de banlieue qui permettent une réduction ambitieuse des embouteillages et de la pollution.

 

Share

Collectif Tuck : une contribution à étudier sur l’alternative ferroviaire

A l’enquête publique, le collectif TUCK (des défenseurs acharnés du train) démontre la faisabilité de défendre l’étoile ferroviaire toulousaine, contrairement à ce que le Conseil scientifique post-débat public répète à l’AUTATE depuis des mois.

Partie 1-PDU – Collectif Tuck – Ne laissons pas passer ce train –

Partie 2-PDU – Collectif Tuck – Ne laissons pas passer ce train –

Partie 3-PDU – Collectif Tuck – Ne laissons pas passer ce train –

 

Share

Participez à l’enquête publique

Pour participer à l’enquête publique, prenez les arguments que vous jugez utiles et envoyez les avant le 10 Octobre :

soit par internet : https://www.registre-numerique.fr/projet-mobilites/deposer-son-observation

soit par courrier à
Mme la présidente de la commission d’enquête publique du PDU SMTC
esplanade Compans-Caffarelli
BP 11 120
31 011 Toulouse cedex 6

ÉLÉMENTS DE RÉPONSE POUR L’ENQUÊTE PUBLIQUE sur le PDU du SMTC TISSEO

Prenez les arguments que vous jugez utiles

soit dans la lettre du 28/09 qui suit  (cliquer ICI pour la version PDF),

soit dans le diaporama présenté le 15/09 Salle du Sénéchal (cliquer LA).

Avis défavorable au Projet Mobilités 2030 du SMTC et demande de création d’un réseau RER ou TRAM-TRAIN toulousain (lignes ferroviaires existantes et création d’une ligne de tramway à grande vitesse au Nord et à l’Ouest).

Je constate qu’avec 3,8 milliards d’euros dont 2,2 pour la future la ligne de métro TAE, le Projet Mobilités 2025-2030 du SMTC engage l’avenir de notre agglomération pour les 30 prochaines années.

Je constate qu’en matière de qualité de l’air, le Projet Mobilités 2025-2030 du SMTC ne respecterait pas la loi sur l’air – à savoir que tous les moyens devraient être mis en œuvre pour revenir à la qualité de l’air de 1996 – du fait qu’il n’anticipe pas la croissance démographique en ne permettant pas une baisse sensible du nombre journalier de déplacements en voiture.

Je pense que le Projet Mobilités 2025-2030 du SMTC ne permettrait pas d’augmenter fortement l’usage des transports publics, du vélo et de la marche à pied et par conséquent de faire baisser sensiblement la part modale de la voiture individuelle.

Je constate que mis à part les usager-e-s de la future la ligne de métro TAE, le Projet Mobilités 2025-2030 du SMTC ne devrait pas engager une mutation profonde des pratiques de mobilité sur le territoire du PDU, en particulier sur les périphéries.

Je constate que la 3ème ligne redouble la ligne de chemin de fer de Labège à la gare Matabiau, s’oriente ensuite vers le Nord où l’habitat est dispersé et les enjeux fonciers non stabilisés, puis dessert Colomiers après avoir franchi la Garonne à hauteur des Sept-deniers, toujours en passant par des zones moins habitées que d’autres dans Toulouse et sans desservir les communes environnantes.

Je constate dans l’enquête ménages-déplacements et dans les cartes diffusées par différents sites sur les déplacements automobiles quotidiens que les besoins se situent au Nord (Aucamville vers Blagnac), à l’Ouest (Blagnac-Colomiers-Tournefeuille) et au Sud (Cugnaux, Frouzins, Portet).

Je lis, dans le Projet Mobilités 2020-2025-2030, l’existence d’un projet de « ceinture Sud » matérialisée par deux flèches pointillées, dont aucun des éléments tangibles n’est présenté ni détaillé, alors qu’elle est présentée comme élément structurant du réseau dans le PDU.

Je ne trouve aucun projet sérieux, autour de la zone aéronautique Nord-Ouest (Colomiers, Saint-Martin, Tournefeuille, Léguevin, Cornebarrieu) alors que la majorité des embouteillages automobiles y sont concentrés.

En deuxième couronne, est mentionné un système de bus optimo dont les principes de fonctionnement ne sont pas décrits.

Je crains un déficit de parkings-relais le long de la troisième ligne, laissant augurer un report des encombrements et goulets d’étranglement au niveau des stations de cette ligne, et notamment autour de celles situées au nord, par exemple celle de la vache.

Je propose donc pour une enveloppe financière équivalente, un réseau efficace de tramways et de bus prioritaires dans l’espace public accompagné d’un réseau cadencé de trains de banlieue. C’est sur ces principes qu’il est possible d’atteindre un objectif conforme à la loi sur l’air par une réduction ambitieuse des parts modales de la voiture pour 2025 et 2030.

Je demande au commissaire enquêteur de noter que le projet du SMTC ne respecte pas l’intérêt public.

Je remercie la commission d’enquête pour son travail.

Nom
Prénom
Adresse
contact mail et téléphone

 

 

 

Share

Ceinture sud : l’AUTATE demande à avoir accès au projet précis

A la réunion publique de rentrée organisée par le maire de Tournefeuille le mardi 26 septembre, une diapositive contenant une carte et des éléments sur la « ceinture sud » ont été présentés au public.

L’AUTATE ne sait pas si cette carte correspond au vœux du maire de Tournefeuille ou s’il s’agit d’un nouveau projet concret du SMTC Tisséo. Si c’est le cas, nous nous étonnons qu’il ne soit pas intégré au Projet Mobilités 2020-25-30 en place de l’actuel (voir plus loin).

Le projet présenté oralement, en l’état, ne nous paraît pas répondre aux besoins des habitants de l’ouest de l’agglomération toulousaine :

-il s’agit d’un parcours à 85% dans Toulouse

-il passe au travers des zones les moins peuplées de l’Ouest. Il frôle l’est de la commune de Tournefeuille et n’aidera pas à diminuer le flot traversant de voitures, quelle que soit la bonne volonté des habitants à utiliser cette nouvelle ligne.

D’autant qu’aucun parking n’est prévu sur Tournefeuille; seuls sont prévus des parkings à Monestié (terminus du Lineo 3) avec + 50 places et Basso Cambo +450. Pour ce dernier, le risque est d’aspirer des voitures qui traverseront la périphérie ouest pour l’atteindre : On referait une station « Arènes » bis ! La logique serait de répartir les 450 places supplémentaires sur les terminus des Linéos 1, L3, L5.

-les horaires dits « classiques » 6h-21h du lundi au vendredi ne répondent pas aux besoins des usagers en soirée et le week-end.

Revenons maintenant au projet (différent) présenté dans le PDU (Planche 104) :

« Le maillon Ouest (de la ceinture Sud) reliera le site de l’Oncopole à la commune de Colomiers en empruntant l’Avenue Eisenhower, la rocade Arc-en-Ciel. Il offrira des correspondances avec les Linéo 2, 3, 4 et 5, le réseau ferroviaire (axe Toulouse/Muret) et la 3ème ligne de métro en 2025. »

Le calendrier présenté :

– Concertation publique en 2015

– Sélection des entreprises en 2016

– Enquête publique en 2017

……………

 

 

 

Share