Tag Archives: intermodalité

Notre participation aux Assises de la mobilité

Le Ministère chargé des transports a ouvert une consultation nationale du 19 septembre au 13 décembre 2017 . Les contributions étaient organisées en chapitres et sous-chapitres.

Voici les contributions que nous y avons publiées :

Mobilités plus solidaires : réduire les fractures sociales et territoriales 

(Sous-chapitre) Comment améliorer les déplacements dans les zones rurales et périurbaines ?

1. Un secteur oublié: le collectif du désert de l’ouest réclame un transport en commun efficace

Le collectif « le Désert de l’Ouest de la Métropole » rassemble des habitants des communes de l’ouest de Toulouse (forte zone d’emploi aéronautique).
Seulement 8% des déplacements s’y font en transport en commun contre 72% en voiture. Ceci est dû à la faible offre de transports en commun et à son manque d’efficacité.
Le PDU en cours de révision est bâti autour de la réalisation d’une 3ème ligne de métro, qui représente les deux tiers du budget. Les autres projets ne sont pas à la hauteur des besoins d’une population en constante croissance.
Le collectif a fait des propositions alternatives, non entendues jusque-là :
– Mettre en site propre les bus structurants sur l’ensemble de leurs parcours.
– Prolonger la ligne A du métro et la ligne C (RER) vers l’ouest et augmenter la fréquence de cette dernière.
– Créer une ligne tram-train pour assurer les liaisons transversales entre villes de banlieue, et prévoir des parking-relais aux principales gares.

2. Pour un RER Toulousain :

Des métropoles européennes de taille équivalente à Toulouse (Turin, Bruxelles, Bilbao, Prague…) mettent en place des réseaux de trains permettant d’améliorer la circulation des usagers sur leur bassin de vie. Elisabeth Borne ouvre la voie à des RER en région. Sur Toulouse, il est urgent que les acteurs de la mobilité -Etat, région, SMTC, associations et entreprises (bcp de zones d’activités à proximité des lignes)- prennent enfin cette direction et dialoguent afin de mettre en place une stratégie et un échéancier pour développer un réseau de trains à l’échelle de la métropole.
Des améliorations peuvent être opérées à court terme sans investissement majeur:
– renforcement de la desserte en heures creuses (cadencement plancher à 30 mn de 5h à 23h) sur l’ensemble des lignes.
– cadencement à 15 mn sur le tronc commun Matabiau-Portet-St-Simon en alternant les dessertes de/vers Muret et Pamiers.
– Tarification intégrée.
– Coordination entre horaires trains/bus dans les pôles intermodaux.

Mobilités plus soutenables : revoir les modèles économiques et la gouvernance

(sous-chapitre) Comment mieux articuler les offres proposées par les différents autorités organisatrices de transports

3. Favoriser une médiation en faveur des trains métropolitains, à Toulouse et ailleurs  :

L’AUTATE (Association des Usagers des Transports de l’Agglomération Toulousaine et de ses Environs) constate que le Conseil Régional Occitanie, Toulouse Métropole et la SNCF n’arrivent pas à se positionner en faveur d’un service de trains métropolitains sur l’agglomération toulousaine, alors que son coût est raisonnable et que c’est un besoin urgent.
L’essentiel des blocages provient du fait que les élus du « mille-feuille » institutionnel local ne s’accordent pas pour créer une Autorité Organisatrice des Mobilités (AOM) à l’échelle de l’aire urbaine toulousaine. D’où des points de vue totalement irrationnels sur le train métropolitain.
A défaut d’imposer une AOM, l’AUTATE demande au ministère des transports de créer une médiation entre les institutions locales pour permettre le plus rapidement possible un financement conjoint d’un premier service de trains métropolitains.
Cette demande recoupe la problématique de toutes les métropoles de France, hors Paris et Lyon.

4. Pour une participation des PDU au financement du train métropolitain  :

(sous-chapitre) Qu’avez-vous à proposer sur ce thème ?

Le débat lancé par l’AUTATE (Association des usagers des transports) lors de la concertation sur la 3ème ligne de métro à Toulouse a conduit à ce que le train métropolitain soit étudié d’ici à l’enquête publique fin 2018.
L’étude montre que le coût final du train métropolitain serait de 3,5 Md€ pour une première mise en service en 2034. Au vu des engagements actuels de la région pour le train et de l’État (Aménagements Ferroviaires du Nord de Toulouse AFNT), l’investissement supplémentaire ne serait en fait que de 1,9 Md€.
Or la métropole de Toulouse se propose de financer un nouveau Plan de Déplacement Urbain de 3,8 Md€ mais sans mise en service de train d’agglo.
Ce serait une aberration tant du point de vue des transports que de la pollution pour la mobilité extérieure à la rocade.
Comment s’assurer que le train métropolitain soit systématiquement financé dans les Plans de Déplacement Urbain des métropoles françaises ?

Mobilités plus intermodales : mieux articuler toutes les offres de transport

(sous-chapitre) Qu’avez-vous à proposer sur ce thème ?

5. Les lignes de bus peuvent devenir structurantes sous certaines conditions

La régie des transports en commun de l’agglomération toulousaine (SMTC) développe un réseau de bus LINEO. L’association d’usagers (AUTATE, affiliée à la FNAUT) y est favorable sous ces conditions:
• extension à une vingtaine de lignes structurantes sur toute l’agglomération, en particulier en périphérie. Le réseau doit rejoindre l’ensemble des pôles de centralité constitué par stations de métro, tram et étoile ferroviaire. Création de boulevards urbains.
• Afin de rendre le gain de temps significatif (20% de moins sur la totalité du parcours) pour plus de compétitivité face à la voiture, les lignes doivent être mises en site propre, en particulier là où la circulation automobile est la plus dense. Les bus doivent avoir la priorité aux ronds-points, feux, croisements.
• Avoir une fréquence élevée (¼ d’heure max. sur toute la plage horaire et en périphérie).
• Les associations d’usagers doivent être systématiquement consultées et écoutées avant les prises de décisions sur les parcours.
Share

[France3 MidiPy] la Région prête à financer la 3ème ligne de métro à Toulouse sous conditions

Un article de Fabrice Valery  paru le 19 juillet dans France 3 Midi-Pyrénées (photo Max PPP)

Carole Delga estime que le conseil régional pourra prendre part dans le financement du projet de 3ème ligne portée par Jean-Luc Moudenc à condition notamment qu’elle soit interconnectée avec le rail. Ce qui est le cas.

La présidente PS du Conseil régional d’Occitanie, Carole Delga, a écrit à Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole et maire LR de Toulouse, à Georges Méric, président PS du Conseil départemental, et à Jean-Michel Lattes, président du syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l’agglomération toulousaine, pour leur dire que la Région était prête à participer au financement de la 3ème ligne de métro voulue par la majorité de droite de Toulouse à condition notamment d’une interconnexion avec le train.

lire la suite

Share

[La Tribune] 3e ligne de métro : la Région financera, à certaines conditions

Un article de Sophie Arutunian paru dans La Tribune le 19 août 2016 (photo crédits Edouard Hannotaux)

Dans un courrier au sujet de la troisième ligne de métro à Toulouse, Carole Delga indique que « la Région prendra part au financement des opérations prévues dès lors qu’elles favoriseront de nouvelles connexions entre le train et le métro notamment. »

Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie, a envoyé hier, lundi 18 juillet, un courrier à Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute -Garonne, Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, et Jean-Michel Lattes, président du SMTC-Tisséo, au sujet de la troisième ligne de métro. Elle y évoque « la cohérence avec le projet de PLB (prolongement de la ligne B) », sujet actuellement au cœur des négociations entre Toulouse Métropole et le Sicoval.

lire la suite

Share

[La Dépêche] Financement de la 3e ligne de métro : Delga fixe ses conditions

Un article publié dans la Dépêche du midi le 18 juillet 2016

Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie, a adressé lundi 18 juillet un courrier à Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute -Garonne, Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole et maire de Toulouse, et Jean-Michel Lattes, président du SMTC-Tisséo, pour leur faire part de la position de la Région, notamment sur la troisième ligne de métro.

Danc ce courrier, Carole Delga souligne que « la Région prendra part au financement des opérations prévues dès lors qu’elles favoriseront de nouvelles connexions entre le train et le métro notamment »

lire la suite

Share

[France 3 Midi-Py] Les États généraux du rail, une consultation citoyenne régionale en 80 jours

Un article de Fabrice Dubault paru le 25/03/2016

La présidente PS de région Carole Delga était à Baillargues ce vendredi matin. Un déplacement au cours duquel elle a lancé les Etats généraux du rail et de l’intermodalité. Une vaste consultation citoyenne pour penser les transports ferroviaires de demain en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Embarquement à 9 heures ce vendredi matin, en gare de Montpellier Saint-Roch, pour Carole Delga. Direction Baillargues.

80 jours de concertation et de réflexion

C’est le début d’un long voyage, celui des Etats généraux du rail et de l’intermodalité, avec au programme, 36 réunions publiques dans les préfectures et sous-préfectures de la région. Accompagnées d’une vaste consultation de la population sur l’avenir des transports ferroviaires en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Le tout en 2 mois et demi, soit 80 jours, d’avril à juillet.

lire la suite

Share

[Touléco] Transports. « Si la Région ne prend pas le relais de l’Etat, le service public ne sera pas assuré »

Propos recueillis par Virginie Mailles Viard. Article paru le 22/03/2016

Les États généraux du rail et de l’intermodalité de la région LRMP qui seront lancés le 25 mars auront pour but d’écouter les usagers et fixer une politique de transports pour les 20 ans à venir. Rencontre avec Jean-Luc Gibelin, vice-président de région en charge des transports.

Jean-Luc Gibelin, pourquoi des États généraux du rail et de l’intermodalité en Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées ?

Ces États généraux partent du constat que le rail a souvent fait conflit. Il y a aussi la volonté que le rail soit un des motifs de cohésion de la Région. Il faut passer par cette étape pour qu’il y ait une appropriation des problématiques de transports. Ensuite nous construirons une politique régionale pour les quinze à vingt ans qui viennent.

lire la suite

Share