attendre le bus

La galère des usagers

Toulouse : la galère des élèves du lycée Toulouse Lautrec qui arrivent en retard à cause du bus

Des centaines d’élèves du nord toulousain, qui empruntent le bus 54 le matin ou le Lineo 10, arrivent régulièrement en retard au lycée Toulouse Lautrec à Toulouse. Les parents « craquent » et tentent de trouver une solution avec le réseau métropolitain des transports en commun Tisseo.

publié le 13 octobre 2022 dans la dépêche : Lire l’article complet

Réseau bus, tram et métro de Tisséo : mais pourquoi tant de galères ?

Depuis la rentrée de septembre, les usagers du réseau Tisséo, notamment des bus, dénoncent des retards systématiques. Tisséo Voyageurs plaide la croissance de son offre et de nécessaires ajustements.

publié le 7 novembre 2022 dans la dépêche : Lire l’article complet

Share
surcoûts

Combien ça coûte ?

Chantier de la 3e ligne de métro à Toulouse : un surcoût de 300 millions d’euros

Sous l’effet de l’inflation, l’énorme chantier de la 3e ligne de métro Colomiers-Toulouse-Labège, qui doit débuter à la fin de l’année, devrait coûter 300M€ de plus que prévu, soit une facture totale de 3 milliards d’€ pour le projet.

Publié le 12 octobre 2022 dans la dépêche : Lire l’article complet

Toulouse. L’opposition réclame « un moratoire sur les travaux » de la 3e ligne de métro

« On réclame le coût réel aujourd’hui estimé de la 3e ligne de métro », scande le groupe AMC à Toulouse Métropole, déplorant que la majorité « ne soit pas capable de le dire ».

Très remonté, Marc Péré n’y va pas par quatre chemins : « On demande un moratoire sur les travaux de la 3e ligne de métro », a-t-il scandé. Le maire (proche LFI) de L’Union reste vent debout contre ce projet…

Publié le 18 octobre 2022 dans Actu.fr : Lire l’article complet

Toulouse. Chantier de la 3e ligne de métro : vers un surcoût de 300 millions d’euros

Le chantier de la 3e ligne de métro, qui doit débuter d’ici la fin de l’année, connaît un surcoût de 300 millions d’euros, selon les dernières estimations de Toulouse Métropole.

Alors que les premiers coups de pioche du chantier colossal de la 3e ligne de métro doivent avoir lieu d’ici la fin de l’année 2022, le projet connaît déjà un surcoût lié au contexte économique défavorable au niveau national et international.

300 millions de surcout sur le génie civil

Jusqu’à présent, le montant de cette 3e ligne de métro, qui reliera Colomiers à Labège sur une ligne de 27 kilomètres, était chiffré à 2,7 milliards d’euros … le coût global de ce grand projet [passerait] à 3 milliards d’euros….

Le feuilleton du financement de la 3e ligne de métro n’a encore en tout cas pas fini de faire causer…

Article publié le 12 octobre 2022 dans Actu.fr : Lire l’article complet

Share

Le réseau de transports TISSEO : nouveau constat d’octobre 2022

La traditionnelle analyse du réseau de transports TISSEO pour cette rentrée d’octobre 2022.
En comparant à nos précédentes analyses (état des lieux en mai 2020, évolutions en décembre 2021) , cette rentrée est concernée par deux projets : le L10 au Nord et le projet lié à la rue de Metz en centre ville. Les concertations ont oublié des usager.e.s qui expriment leur mécontentement.

Les gains en offre de service avec l’arrivée des Linéos sont contre-balancés par une dégradation de l’offre sur les lignes environnantes restructurées. La seule véritable création de ligne : le bus 132 entre les Sept Deniers et le Pôle.
Nos propositions pour améliorer les services sur l’ensemble du réseau sont toujours d’actualité et sont validés par la cartographie des déplacements pendulaires de l’AREC-Occitanie (Agence Régionale Energie et Climat).

Share
jonction Est

Avis défavorable de l’AUTATE au projet routier de la Jonction Est : notre contribution à la concertation

Extrait de la conclusion :
Le projet ne propose pas d’augmentation de service des transports en commun dans la zone péri-urbaine, alors qu’elle est nécessaire étant donné l’augmentation significative de population et les forts pourcentages d’usage de la voitureindividuelle.
Les transports en TER (une ligne SNCF est existante) et le covoiturage ne sont pas évalués.
La solution routière est la seule solution modélisée avec 3variantes ; nous considérons donc l’étude comme incomplète.
Nous demandons la modélisation des variantes en utilisant le TER, en augmentant les spots de covoiturage, et en augmentant la fréquence des bus dans la zone-périurbaine: ces nouvelles modélisations seront à comparer aux modélisations déjà effectuées.
Les arguments détaillés sont explicités dans le fichier suivant : Concertation JonctionEst avis défavorable

Share

Enquête Mobilités et Déplacement du Grand Ouest Toulousain

L’enquête suivante se termine le 3 octobre , exprimez vous sur vos besoins en transports en commun.
 https://enquete.plandemobilite.fr/index.php/828975        

              Enquête Mobilités et Déplacement

Quelles sont vos habitudes de déplacement ?

Vous habitez le territoire du Grand Ouest Toulousain ? Vous y travaillez ? Vous vous y rendez régulièrement pour vos loisirs ?

Participez à l’enquête en ligne concernant vos habitudes de déplacement et agissez pour co-construire une offre de mobilité plus durable et adaptée aux besoins de toutes et tous.

Cela vous prendra moins de 10 mn.

Share

Communiqué de presse

Agglomération toulousaine, transports et pollution :
“Alors… on va où aujourd’hui ?”

Vous trouverez ci-joint un communiqué de presse inter-associations avec 10 propositions qui pourraient faire l’objet d’une mise en place rapide de la part de la Métropole.

Elles sont issues du Forum des Mobilités qui a réuni le samedi 19 mars dernier, une soixantaine de participants
citoyens de la métropole, membres d’associations ou élus.

Trois champs d’action sont apparus lors des échanges; ils doivent être coordonnés pour enclencher une véritable révolution des mobilités :
● l’évolution de l’offre de modes de transports pour offrir toujours plus d’alternatives à la
voiture individuelle,
● l’aménagement du territoire pour adapter l’urbanisme, le tissu économique et les
services de proximité aux nouvelles contraintes (réduction des émissions,
zéro-artificialisation, protection de la biodiversité) et créer des réseaux d’infrastructures
propres à chaque mode de transport,
● l’accompagnement des changements de comportements, autant au niveau des
habitants que des élus, au travers d’actions de sensibilisation et par la réorientation des
budgets de la collectivité.

Communiqué Forum des Mobilités v4 – Juin 2022

Share

Contribution de l’AUTATE à l’enquête publique environnementale sur la 3ème ligne de métro

Notre association avait donné un avis défavorable lors de l’enquête d’utilité publique de la 3ème ligne de métro. La mission régionale d’autorité environnementale (MRAE) a à nouveau publié de nombreuses remarques sur des aspects environnementaux insuffisamment traités. Les réponses apportées aux remarques de la MRAE sont en deçà des attentes pour respecter les clauses environnementales dans la réalisation de ce projet.
Non seulement ce projet est en décalage avec les réels besoins en déplacements domicile-travail sur l’ensemble de l’agglomération toulousaine (d’où le premier avis défavorable de l’AUTATE), mais la réalisation du projet ne permet pas de respecter les objectifs de réduction des émissions de GES et d’amélioration de la qualité de l’air sur l’agglomération toulousaine.
D’où le maintien d’un avis défavorable au projet proposé dans cette enquête publique environnementale.

Raisons majeures de notre avis défavorable:

 1) Projet n’intégrant pas tous les besoins de déplacements de l’agglomération dont la ZFE

  • Nous reprenons les points soulevés par MRAE “Un tel projet d’infrastructure s’inscrit dans un système de déplacement incluant des rabattements avec d’autres modes de transport, et notamment l’automobile. Si cet enjeu est clairement mis en évidence dans l’étude d’impact, les réponses apportées sont incomplètes à ce stade, notamment sur la politique de stationnement à mettre en place pour accompagner et contrôler les circulations parasites. Le terminus ouest de la 3ème ligne se situe à Colomiers, dans un tissu pavillonnaire constitué. Il a vocation à capter l’ensemble des flux arrivant de l’ouest, sans autre possibilité de rabattement, le besoin en stationnement à cet endroit étant amplifié par la mise en œuvre prochaine de la zone à faible émission (ZFE) interdisant l’accès plus en avant à l’agglomération pour certaines automobiles. Les éléments concernant le dimensionnement du parc relais, la gestion du stationnement et des flux de circulation à cet endroit sensible sont trop peu étayés.”
  • Cette 3ème ligne de métro ne devrait améliorer les déplacements qu’au cœur de l’agglomération toulousaine et autour des stations de Colomiers et de Labège.
    Elle aura peu d’impact sur les déplacements en TC du secteur ouest de l’agglomération, là où se situent les principaux problèmes de déplacement. Pour ce secteur ouest  de l’agglomération, le projet mobilité 2020-2025-2030 est marqué par une absence totale de propositions, le tracé étant principalement Est et Nord-Ouest     .
  • Les rabattements vers les stations par les modes doux et les transports en commun ne sont pas priorisés dans le projet; en particulier les investissements pour des nouvelles lignes ou amélioration de l’existant ne sont pas précisés; cela nous inquiète beaucoup.
  • En outre, nous dénonçons l’investissement financier massif du projet de la 3ème ligne de métro et de ses connexions. Cet investissement a pour conséquence un désengagement pour les autres modes de déplacement: bus, vélo, tramway, train d’agglomération.

 

2) Pas assez ambitieux pour améliorer la qualité de l’air : le public ciblé est très réduit

  • Ce projet est annoncé comme une amélioration de la qualité de l’air et de l’environnement sonore et la préservation de la santé des habitants de la métropole grâce à une meilleure gestion des déplacements : les faits montrent que seuls les habitants de Toulouse sont pris en compte, le reste de l’agglomération ne voit pas de gain en qualité de l’air. Un déséquilibre de traitement est déjà présent et ce déséquilibre se renforce à chaque étape du projet (voir notre dossier TEB)
  • Les aides individuelles pour inciter au report modal vers les vélos électriques (VAE) ou les véhicules électriques sont les seules propositions concrètes de Toulouse Métropole pour le projet de 3ème ligne de métro     et pour la mise en place de la ZFE (primes vélos et véhicules propres). Ces mesures ne sont pas valables pour les habitants qui n’auront pas les moyens de changer de voiture. Ce n’est donc pas insuffisant. Nous pensons que le développement d’autres moyens de transports en commun est nécessaire afin de donner des alternatives aux habitants.

Lire la contribution complète ci-jointe.

Contribution Enquête publique environnementale AUTATE – Jan 2022 – final

Share

Les nouveaux chiffres de l’INSEE

sources :

https://actu.fr/societe/selon-l-insee-la-haute-garonne-est-le-departement-qui-gagne-le-plus-d-habitants-en-france_47566134.html


https://actu.fr/societe/la-population-d-occitanie-continue-a-augmenter-mais-moins-fort-qu-avant_47555468.html

Avec la Gironde, la Haute-Garonne est le département qui gagne le plus d’habitants en France métropolitaine sur la période allant de 2013 à 2019. Selon les derniers chiffres de l’Insee, publiés le 29 décembre 2021, 1 400 039 personnes résidaient en Haute-Garonne au 1er janvier 2019.

Ce qu’il faut retenir :

  • l’agglomération toulousaine contribue pour 80 % à la hausse de population du département.
  • Une croissance en étoile : La démographie est particulièrement dynamique à l’ouest de Toulouse, jusqu’au Gers. Elle reste forte également entre Toulouse et Montauban, et dans le Sud toulousain le long des grands axes (A61, A64 et A66).
Share

Plan Climat Air Energie Territorial : 16 associations ou collectifs se regroupent.

L’ampleur de l’écart entre la trajectoire et l’objectif montre que des inflexions significatives des
pratiques et politiques publiques dans les domaines des mobilités, du logement mais aussi des
bâtiments tertiaires et de l’industrie doivent être faites car bien sûr les actions directement portées
par les associations ne permettront pas, à elles seules, de redresser la barre, une forte volonté
d’action et les moyens nécessaires doivent exister dans l’exécutif municipal.

un travail conjoint entre les associations spécialisées et les services de la métropole et de la
région sur un plan d’urgence mobilité.
le document complet est sous ce lien

Share


Share