Category Archives: Témoignages

Compte-rendu tractage AUTATE gare de Labege Innopole

20/02/2018 Nous étions 5 membres de l’AUTATE

Témoignages d’usager.e.s dans le train  métropolitain sur la ligne Toulouse sud Est de 17h15 aller et 18H34 au retour :
– usagers de Villefranche : ma gare pourrait être éligible à l’abonnement agglo Pastel +, il serait bien qu’il y ait plus de trains directs le soir.
– peu de retards au dessus de 10 minutes, par contre pas de solutions de rechange fiables quand un train est annulé
-on voit des choses inexplicables : annulation par la SNCF d’un train pour la simple absence inopinée d’un agent annoncée la veille pour le lendemain
-le problème de la fiabilité, surtout en cas de suppression d’un train est vraiment un gros problème pour les usager-e-s qui prennent régulièrement le train pour travailler

Gare de Labège Innopole :
La gare n’est pas intégrée dans les espaces publics de Labège Innopole : bordée par 2 grillages qui donnent sur des parkings privés, aucun panneau indicatif pour les piétons, même pour indiquer les arrêts de bus
La carte affichée par la SNCF porte à confusion et  la carte du réseau Tisséo n’est pas actualisée.

Nous nous demandons pourquoi un  chemin pour amener au centre commercial a été fermé. Réponse d’un usager sur Twitter : il faut longer le quai, au bout un escalier mène au parking Carrefour. En effet, il y a plein de places sur l’arrière du centre commercial et un accès direct à la gare par un petit escalier. Mais un jour, Carrefour peut privatiser son parking.

Un usager nous indique que la dernière navette gratuite mise à disposition des salariés par le Sicoval dessert le train de 17h58. Après il n’y en a plus.

Il semble bien que  Labège Innopole n’ait pas pris en considération les usager-e-s du train dans la conception de la zone d’activité.

Gare d’Escalquens :
une gare vieillotte mais un abri vélo et 3 box fermés; des parkings aménagés saturés même ce mardi de congés scolaires mais des possibilités de se garer au delà sur un espace qui pourrait être facilement aménagé.

Gare de Baziège
beaucoup moins de voitures sur le parking aménagé et non aménagé. Possibilités d’extension.

Gare de Labège Village
une simple halte mais bien aménagée. Petit parking peu utilisé.
La gare est loin du lycée de la Cadène.

Contact

Une personne va nous contacter : elle fait partie d’une association qui s’est constituée sur la ligne. Ils ont des RV avec la SNCF mais pour traiter de  toutes les lignes ensemble, ce qui ne lui semble pas efficace.

Conclusion

Même pendant les vacances scolaires, les trains entre Toulouse et Labège Innopole sont remplis entre 17h et 18h30 avec beaucoup d’usagers qui circulent  entre Labège Innopole et Toulouse Matabiau.
Le cadencement, dans un premier temps, d’un train à la demi heure toute la journée et l’élargissement des horaires (5h – 23h)  tel que proposés par l’AUTATE répondent aux besoins de la population.

Il est essentiel également de favoriser l’intermodalité avec les autres modes de transport (jalonnements pour rejoindre les gares, les arrêts de bus et les principaux pôles du secteur, positionnements des arrêts de bus à proximité des gares, stationnements vélo sécurisés près des gares, cheminements piétons et vélo sécurisés, coordination des horaires entre bus/navettes et trains avec dans la mesure du possible, attente en cas de légers retards)

Share

Retours tractage AUTATE Ramonville 13/02

Nous étions 5 à tracter devant la station de Ramonville et auprès de l’ arrêt de bus 79. Il faisait très mauvais, côté météo.

Les personnes ne prennent pas facilement le temps de discuter avec nous et de prendre le tract, craignant de la publicité.

Les usagers de midi sont surtout des jeunes (lycéens, étudiants) et quelques adultes actifs peu pressés (autour de 40-60 ans) et surtout des femmes. Les usagers sont assez calmes et ont l’air de bien connaitre la station et les correspondances des bus. Ce ne sont que des habitués aux trajets qu’ils font. D’ailleurs, il n’y a personne pour les renseigner. Pas de boutique Tisseo. Un café ouvert sympa. Les arrêts de bus sont nombreux (au moins une dizaine) avec de l’affichage électronique des temps d’attente. Les chauffeurs ont leur local à proximité. Ce qui fait qu’on ne les voit pas et qu’on ne peut facilement échanger avec eux. Les Aller-retour de bus sont incessants, toutes les 2 ou 3 minutes. Certains bus arrivent par un coté de la station et déposent leurs usagers puis vont se garer de l’autre côté. Le Lineo 6 qui vient de Castanet est très emprunté. Les bus 27 et 37 assez utilisés et très pratiques pour aller au centre ville vers Jolimont par exemple. En ce qui concerne les liaisons  Ramonville-Labège, le bus79 y va et les usagers en connaissent bien les arrêts et trajet, ce sont surtout des étudiants. La fréquence de ces bus est très mauvaise et les usagers sont habitués à les attendre. On a observé des fréquences de 15-20 minutes.

Les gens n’étaient pas informés de la concertation sur le prolongement de la ligne B et semblaient assez défaitistes : « ah ouais, et dans combien de temps ? 20 ans ? ». Ainsi, les personnes qui ont discuté avec nous, nous ont remercié de les informer. Il faudra y revenir.

Du coup, le passage à 2-3 minutes, quand il y aura le métro, va surement s’accompagner d’un changement de mode de transport de la voiture vers le métro de la part de personnes qui ne sont pas actuellement des usagers du transport. Actuellement, les usagers des bus vers Labège sont majoritairement des gens « captifs » (étudiants, personnes sans voitures, etc.) et non des usagers qui choisissent sciemment ce mode de transport.

Share

Témoignage Ligne C et Lineo 2 sur trajet Tournefeuille-Marengo

Mercredi dernier (7 fév 2018), jour de manifestation des agriculteurs, je devais aller à Marengo pour une réunion à 9h, en partant de Tournefeuille (près de la limite de Colomiers quartier des Ramassiers).

Afin d’éviter les bouchons routiers, j’abandonne les options [parking relais des Arènes + ligne A] ou [Bus 63 + ligne B + ligne A].

Il me reste le train avec l’option [parking relais des Ramassiers + ligne C + métro ligne A] (faible risque de bouchon sur trajet de 2km jusqu’au parking des Ramassiers).

Je prends le train de 8h28, arrivée 8h38 aux Arènes, puis ligne A ; arrivée à Marengo à 8h55. Parfait timing !

Voyager en TER est très agréable ; le train était bien rempli, mais il restait des places assises. Train peu bruyant, sans vibration ni à-coup de conduite.

Avec la marge prise au départ, j’ai donc mis ¾ d’heure. J’aurais certainement mis le même temps en prenant le métro aux Arènes, sachant que j’aurais tourné avant de trouver une place pour ma garer, ce parking relais étant saturé le matin (la parking relais des Ramassiers est quasi vide quant à lui).

Le retour a été plus compliqué. La fréquence de la ligne C pour la gare des Ramassiers étant au mieux à la ½ heure, il faut bien calculer son trajet.

En quittant Marengo à 11h40, j’ai donc couru pour attraper le train de 11h51. Arrivée juste à l’heure en sueur, je trouve le train arrêté en gare moteur éteint avec un affichage n’indiquant pas l’horaire de départ … Mauvais signe … J’attends quelques minutes avant de comprendre que le train était certainement supprimé. Mais aucune information n’est donnée …

Le suivant étant prévu à 12h21 (mais non indiqué non plus sur le panneau), je regarde quelle autre option j’aurais (grâce à l’application Tisseo sur smartphone). Je vois que je peux prendre la Lineo 2, et descendre à l’arrêt Caulet, derrière la gare des Ramassiers (7 minutes à pied).

Départ du Lineo à 12h, arrivée à l’arrêt Caulet à 12h20, et aux Ramassiers 12h25. Retour à la maison à 12h30. Soit durée du trajet total 50 minutes. Pas mal, mais si le train n’avait pas été supprimé, j’aurais mis seulement 35 minutes (la sueur en prime !).

L’expérience Linéo est plutôt concluante sur ce créneau horaire car la route était dégagée, et le bus a bien roulé.

 

Conclusion : Ligne C performante, et je pense la prendre plus souvent. Le seul frein est sa faible fréquence et sa faible amplitude horaire le soir et le week-end. Lineo 2 est une solution de repli que je n’avais pas imaginée jusque-là.

Share

Cugnaux – Muret cas pratique

J’habite Cugnaux  et je travaille à Muret, ce jour-là  à 14h, (10 km de distance, respectivement 25 000 habitants et 18 000 habitants).
Je comptais y aller en transport en commun, plusieurs solutions :
– 15 minutes de vélo jusqu’à la gare de Portet puis 5 minutes de train. Les seuls trains arrivent à Muret à 13h ou 14h29 (1h30 de entre 2 trains !). Soit j’attends 1 heure soit j’arrive en retard. Pas possible.
– bus direct 58 de Cugnaux à Muret. 30 minutes. C’est long pour la distance mais pourquoi pas. Sauf que même topo : arrivée à Muret à 13h ou 14h (sachant qu’il faut encore marcher pour aller à mon travail). Idem que pour le premier cas de figure, soit une heure d’avance soit retard.
– Vélo. Mais 10km c’est un peu long pour ne pas arriver en sueur sur des routes moyennement sécurisantes. Donc non.

Donc résultat, j’y vais en voiture …

Share

Transports en commun autour de Villemur-sur-Tarn

Témoignage d’un usager :

La ligne Hop1 est utilisée pour les transports scolaires entre le lycée de Fronton et Villemur-sur-Tarn le matin et le soir, ce qui est ridicule : ces cars sont souvent surchargés, il manque souvent des places assises lors du transport des lycéens. De plus, les lycéens sont obligés d’attendre le soir une vingtaine des minutes le car qui part de Toulouse à 17h30, alors qu’il suffirait de retarder de 5 minutes le bus qui part de Toulouse à 17h15… L’emplacement de l’arrêt au lycée est également dangereux : les lycéens sont obligés de traverser une route très empruntée au moment de la sortie des cours, et l’arrêt est de plus loin du lycée et les passages piétons éloignés, ce qui ne garantit pas la sécurité des lycéens…

Pour la ligne 51, le parcours de cette ligne est absurde : elle se retrouve bloquée dans les bouchons à Saint-Alban et Aucamville, en sachant que très peu de passagers (voire aucun) ne descendent ou ne montent entre Barrière de Paris et Saint-Sauveur… Il serait plus simple de prendre l’autoroute au niveau de Bruguières, et de desservir une station de métro comme Borderouge, au lieu d’aller jusqu’à la gare routière. Ou au moins ne pas passer par Aucamville et Saint-Alban, car passer par là retarde à chaque fois de 15 à 30 minutes la ligne.

Pour la ligne 55, il faudrait que l’ensemble des services partent de Borderouge ou de Balma-Gramont pour simplifier le trajet. Il faudrait aussi que la ligne arrête de passer, juste avant le terminus de Villemur, par Pechnauquié : cela retarde d’une dizaine de minutes la ligne, et personne ne monte ou ne descend à cet arrêt en général.

Tout cela fait que les transports en commun vers le nord de la Haute-Garonne, même s’ils sont nombreux, ne sont que peu utilisés car ils ne sont pas attractifs.

Les tarifs entre le réseau Arc-en-Ciel et Tisséo ne sont même pas combinés, ce qui coûte 7,60€ un aller-retour en bus et en métro vers Toulouse, ce qui n’est absolument pas attractif.

Il faudrait également renforcer les services des lignes express en journée et le week-end, car il n’y a que peu de passagers (voire aucun) qui descendent à d’autres arrêts que ceux desservis par les lignes Hop en journée, et il faudrait aussi mettre en place des services qui partent en soirée de Toulouse (vers 21h ou 22h), car cela permettrait de toucher une clientèle plus jeune, qui souhaite rentrer plus tard, notamment les vendredis et samedis.

Il serait également bien de mettre aux stations de métro des informations sur les prochains passages des lignes arc-en-ciel aux quais, comme cela se fait dans les gares bus Tisséo.

Il faudrait que les lignes Arc-en-Ciel arrêtent de desservir la gare routière… Cela ne fait que ralentir les trajets des lignes, ralentir le trafic routier suffisamment chargé du centre-ville toulousain, et alors qu’il est possible de desservir facilement une station de métro à proximité du périphérique, comme Borderouge, Balma-Gramont, Bagatelle ou encore Ramonville… Cela permettrait de rendre les lignes de car plus attractives.

Il faudrait avoir un meilleur visuel aux arrêts, qui, pour certains, ne contiennent même pas le numéros de l’ensemble des lignes qui sont desservies…

Il faudrait aussi mettre en place des parcs relais et des parcs à vélos à proximité des arrêts pour faciliter l’intermodalité, et qu’il y ait une réelle indication, avec des panneaux, pour inciter les conducteurs à prendre le car.

Il faudrait pouvoir desservir un plus grand nombre de lieux et de communes. Par exemple, la commune de Le Born (500 habitants, à 3 km au nord de Villemur) n’est pas desservie par des transports en commun, alors que la ville est un lieu de passage pour de nombreuses communes de l’aire urbaine de Toulouse aux heures de pointe (depuis Tauriac, Montvalen, Grazac, Varennes…), soit environ un millier d’habitants. De plus, la commune est en connexion avec la ligne TER 921, qui relie Montauban à Albi, et qui passe par le nord de la commune, et une correspondance permettrait aux hauts-garonnais, mal desservis pour se rendre vers Montauban, de pouvoir s’y rendre facilement. Cela améliorerait également les transports scolaires vers le lycée de Fronton et les lycées de Toulouse pour les lycéens habitants à Le Born.

Enfin, il faut réduire d’urgence les temps de trajets depuis la couronne périurbaine, et particulièrement autour de Villemur, car les villemuriens mettent parfois plus d’une heure et demi (si ce n’est deux, en voiture comme en transports en communs…) pour rejoindre Toulouse, et cela bloque le développement économique et démographique de la ville, celle-ci ne possédant pas de transports efficaces à proximité (pas d’autoroutes, pas de voies rapides, pas de voies ferrées…), alors que pourtant il y a aujourd’hui près de 15000 habitants résidants autour de Villemur qui sont mal desservis en transports.

C’est pour cela que, de mon point de vue, c’est bien d’améliorer en permanence la desserte de Toulouse, avec une nouvelle ligne de métro, un meilleur périph, etc… mais du nord de la Haute-Garonne, on se sent tous un peu oubliés par les pouvoirs publics, à cause du peu de moyens qu’on a par rapport au sud ou à l’ouest de Toulouse par exemple.

Share

Témoignages d’usagers sur les lignes 50 et 52

Témoignage d’usagers sur la Ligne 50 :
-arrêt CC Carrefour trop éloigné (surtout pour les personnes âgées et PMR).
-Rupture de charge pour aller à Roques.
-Manque de personnel Tisséo pour renseigner les usagers aux arrêts clés (Carrefour, Basso Cambo, Larrieu…).
Pour la Ligne 52:
– ne dessert plus correctement Portet Village (ne passe plus ni à la mairie, ni au Pôle emploi et la poste…).
-ne dessert plus le collège
– ne va plus à Pinsaguel
-horaires pas adaptés (la plupart du temps les lignes 50 et 52 arrivent en même temps à l’arrêt de Carrefour par exemple.)
– pour l’instant peu de monde s’intéresse à la desserte de la Gare (à voir avec le temps).
Share

Le bus 30

Deux adhérentes de l’association ABAVE (Blagnac A Vivre Environnement) ont pris le bus 30 le 29 septembre 2017 pour observer sa fréquentation et son usage.

Voilà les notes qu’elles ont prises :

Départ de Blagnac de l’aéroport à 16h40.

Dans le bus, 3 dames (probablement des employées de l’aéroport) sont assises dont une jeune. A l’arrêt Doret, deux dames descendent. Aux arrêts Rey et Bordebasse,  personne. A 17h10, arrivée au lycée Andromède, 1 dame descend et 7 lycéens montent. A l’arrêt suivant, à Aéroconstellation, 1 jeune fille et 1 jeune garçon montent. Au lycée Annonciation, 6 collégiens montent et le jeune garçon descend. A l’arrêt « Tricherie » un lycée descend et au rond-point du golfe, 1 collégien descend. A l’Aussonnelle, un autre collégien descend. A l’église de Gagnac, 1 jeune fille descend ainsi que 2 collégiens. Aux arrêts « Avenir », 1 collégienne descend et aux Vitarelles, 5 garçons descendent. Le bus ne s’arrête pas à Terroir 1 ni Terroir 2. A Palombe Colombe, un collégien descend.

Au retour, depuis Fenouillet, à 18h22, une seul jeune empruntera ce bus. Il descendra au rond-point du Golfe. Elles notent, en plus, que le bus fait des tours assez inutiles derrière Airbus et ne prend personne.

Conclusion de l’AUTATE : ce bus est sous-utilisé et en danger, sur un trajet « bourré » de voitures…

Tisseo_ligne_30web

 

Share

Pour un renforcement d’urgence du 79 !

Je tente en bus la liaison entre les arrêts Enac et Labège-INP. résultat : 40 minutes

En effet, arrivée au métro Ramonville avec le 27, il faut attendre encore 19 minutes le départ du 79.

Il ne faut donc pas s’étonner des embouteillages à Labège.

Et avant de prolonger la Ligne B, on peut commencer par mettre des bus fréquents et réguliers ! et notamment entre midi et deux.

En fait, c’est hyper bizarre : alors que le panneau d’affichage marquait encore 9 minutes, un bus est arrivé derrière celui qui était arrêté et tous les gens se sont précipités dedans…le chauffeur m’a répondu : « c’est moi qui suis en retard »…Bref, service incompréhensible….

Au retour, j’ai marché jusqu’à l’arrêt AFPA (pour éviter le passage du pont près de l’INP qui ralentit le bus) et j’ai pris le 79 dans l’autre sens, qui est dans les embouteillages du Palays. A Ramonville, j’ai attendu le bus 27 pendant 5 minutes. Au retour, 30 minutes car les correspondances ont été améliorées.

Le bus 79 de Ramonville à Labège est pris à 80% par des étudiants et des étrangers. Les salariés de Labège sont dans leurs voitures.

 

Share

Le TAD est-il suffisant pour Drémil-Lafage et Vallesvilles ?

Bonjour,

Usagère du TAD, je partage avec vous mon expérience de ce moyen de transport  :

La réservation 2 heures avant le départ marche très bien…bien qu’un peu contraignante.

Les chauffeurs conduisent comme des dingues…le transport est donc très inconfortable sur les petites routes de campagne…ils sont aimables mais il faut bien s’accrocher. Certaines stations ont été supprimées, ce qui génère une grand gêne pour plusieurs familles.

Une ligne de bus serait bienvenue. Il y a bien une liaison scolaire, mais seulement le matin et en fin d’après-midi et elle ne fonctionne pas le WE et pendant les vacances.

Quant aux bus Arc-en-ciel du département, on ne les prend jamais car ils ne passent pas assez souvent !

Notre rêve : une liaison Vallesvilles-Balma en passant par Drémil Lafage ! C’est possible ! Question de choix politique !

 

Share

déclaration d’insatisfaction des transports en commun sur Toulouse

Voici ma déclaration d’insatisfaction des transports en commun sur Toulouse.

Je travaille à Airbus Saint Martin et j’habite à Saint Simon Sud/Cugnaux nord (arrêt de Bus « Diane »).

En voiture je mets 15 min hors bouchon et 30 min en général à mes heures de pointes.

Il y a plus d’un an Airbus avait une navette de bus interne société qui faisait le trajet Saint Simon Sud/Cugnaux nord (arrêt de Bus « Diane ») vers Airbus Saint Martin. Cette navette a été supprimée car peu fréquentée (une dizaine de personnes par jour). Durée 20 min.

J’ai cherché une solution en transport en commun. Voici mes différentes solutions :

  • Bus (arrêt de Bus « Diane » ou arrêts de Bus « Tucaut ») vers Basso Combo métro (ligne A) jusqu’à gare Marengo-SNCF et bus interne Airbus. Durée 1H.
  • Bus (arrêt de Bus « Diane » ou arrêt de Bus « Tucaut ») vers Basso Combo métro (ligne A) jusqu’à Jean-Jaures puis changement (ligne B)  jusqu’à Compans-Caffarelli et bus 63. Durée 1H10.
  • Bus 48 (arrêt de Bus « Tucaut ») jusqu’à Tournefeuille Lycée et Bus 63. Durée 1H.

L’utilisation des Transports en commun me quadruple ou me double mon temps de trajet, et d’un point de vue coût, les 15Km aller-retour en voiture me coutent 1,50€, alors que les transports en commun 2,70€ (2×1,35€), et je pars quand je veux.

Bref je ne prends les transports en commun qu’en cas de tempête de neige !

Share