Category Archives: Débat public 3ème ligne

[ActuToulouse] Un projet de RER pour Toulouse…

Un article paru dans Actu Toulouse le 20 octobre 2017

Un projet de RER pour Toulouse comme à Paris : c’est « oui » mais (vraiment) pas pour tout de suite

Venir à Toulouse en RER comme les Parisiens le font de la banlieue vers la Capitale, certains usagers en rêvent. C’est possible, mais il va falloir patienter. Les explications.

(…) lire l’article complet sur le site

« Quand on veut tuer son chien… »

Une conclusion qui a fait réagir l’Autate via sa présidente, Marie-Pierre Bès :

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Le comité scientifique a travaillé ici à charge en élargissant le périmètre de notre proposition et en prenant en compte des gares que nous n’avions pas envisagées. Le cahier des charges qu’ils ont donné au cabinet d’étude était à charge, surévalué. Sur cette base, c’est facile d’augmenter le coût du projet. Dans les faits, nous avons eu trois réunions avec le comité et dès la deuxième nous avons senti que le coût de notre projet serait surévalué. Leur étude est hors sujet dans le cadre du Projet Mobilités et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne sommes pas contents.

Pour l’heure, le seul projet de RER de l’agglomération toulousaine est celui de l’aménagement des voies ferrées du nord toulousain qui prévoit le doublement de la voie ferrée sur 19 km entre Castelnau d’Estretefonds et Matabiau. Un projet, à hauteur de 566 millions d’euros, qui est programmé dans le cadre du projet de LGV Bordeaux-Toulouse. Sauf que le projet de LGV Bordeaux-Toulouse tangue largement, notamment en raison d’un plan de financement loin d’être constitué.

L’autre ligne qui pourrait muter en ligne RER serait la ligne C entre Colomiers et les Arènes. Le doublement des voies nécessiterait cependant un investissement de 50 millions d’euros.

Autant dire que le débat sur la faisabilité d’un réseau RER, ce sujet en plein dans la problématique de la mobilité au quotidien chère au gouvernement actuel, ne fait que commencer.

Share

[20minutes] Un RER à Toulouse ? Selon une étude, c’est pas pour demain

Commandée dans le cadre de l’examen des alternatives à la troisième ligne de métro, une étude montre que développer un RER toulousain sur « l’étoile ferroviaire » existante serait long et onéreux…

lire l’article complet paru dans 20 minutes le 17 octobre 2017

Il n’en fallait pas moins que cette perspective pour contenter l’Autate. « Le RER toulousain est un jalon impératif pour l’avenir des déplacements dans l’agglomération toulousaine (…) Le train d’agglomération est nécessaire et faisable. », réagit l’association.

Share

[La Dépêche] 3e ligne : le conseil scientifique écarte l’alternative d’un RER à la toulousaine

Un article paru dans la Dépêche le 17 octobre 2017.

Pour lire l’article

Le conseil scientifique mis en place par Tisséo pour plancher sur les alternatives au projet de 3e ligne écarte l’étoile ferroviaire et continue d’étudier la variante Centre et la desserte de l’aéroport.

Share

Le RER toulousain est nécessaire et faisable.

Le RER toulousain est nécessaire et faisable.

L’association des Usagers des Transports de l’Agglomération Toulousaine et de ses Environs (AUTATE) a critiqué la partialité du conseil scientifique qui devait étudier l’alternative « bus tramway métro train vélo » proposée par l’AUTATE, suite au grand débat public sur l’opportunité de réaliser la troisième ligne de métro.

M. Jean-Claude RUYSSCHAERT le garant de la concertation post-débat public a mis en place et animé un groupe de travail dit miroir composé de personnalités indépendantes pour juger de l’impartialité de l’étude des alternatives.

Ce matin 16 octobre, le SMTC a présenté une étude de faisabilité concernant la partie RER Toulousain des « solutions alternatives » de l’AUTATE, soit les 3 lignes Muret/ Castelnau d’Estrétefonds, Rouffiac/Escalquens et Arènes/Lèguevin.

Cette étude montre selon les termes du SMTC que le RER toulousain est un jalon impératif pour l’avenir des déplacement dans l’agglomération toulousaine; que pour un investissement de 1,9 milliards d’euros en considérant les 1,5 milliards d’euros déjà engagés par la région et l’État dans le doublement de la ligne nord, il serait possible de réaliser d’ici 2034 un RER complet et à très forte capacité; le train d’agglomération est nécessaire et faisable.

L’AUTATE demande de poursuivre la démarche :

1/proposer un phasage chiffré de la mise en place progressive du RER toulousain (et non pas dans 20 ans) afin de commencer à résorber au plus vite les embouteillages à l’extérieur de la rocade. L’AUTATE estime que, seule la prise en compte des premiers phasages du RER dans le Projet mobilités du SMTC, permettra de répondre aux besoins de déplacements à l’extérieur de la rocade. Conformément aux nouveaux dispositifs de participation du public, le SMTC devra amender son Projet mobilités en ce sens.

2/faire une étude complète : L’AUTATE rappelle que son projet alternatif inclut aussi un réseau [bus tramway tram-train vélo] de proximité qui permettrait de desservir tout le territoire. Nous restons dans l’attente de l’étude correspondante.

Share

[La Dépêche] Financement de la 3e ligne de métro Moudenc va interpeller les candidats

Un article de Philippe Emery paru dans la Dépêche du midi le 19/02/2017

2,12 milliards d’euros, cela ne se trouve pas comme ça.

Et même si le SMTC-Tisséo, Toulouse Métropole, le conseil départemental et la région Occitanie se sont déjà positionnés pour financer, en grande part, le projet de 3e ligne de métro, le bilan du débat public a rappelé récemment l’hypothèse d’un financement exceptionnel sur le modèle de celui du Grand Paris Express.

Ce projet prévoit notamment plusieurs lignes de métro autour de la capitale (25 milliards d’euros d’investissement prévus, dix fois plus que pour la 3e ligne).

De quoi s’agit-il exactement ? «Le Grand Paris Express bénéficie d’une fiscalité dédiée, avec une part de la taxe sur les bureaux en Ile-de-France et de la taxe spéciale d’équipement, taxe additionnelle aux taxes locales, qui rapportent plus de 450 millions d’euros par an», indique Jean-Claude Ruysschaert, membre de la commission particulière du débat public sur la 3e ligne, au fait du système parisien.

lire la suite

Share

[La Dépêche] Ce qu’ils en pensent…

Un article paru dans la Dépêche du midi le 17/02/2017

JEAN-MICHEL LATTES>La 3e ligne sort confortée du débat . «J’ai tenu, en assistant à la conférence de presse de la commission particulière, à marquer l’attention qui a été la nôtre à ses actions. Nous avons mis à sa disposition tous les moyens matériels nécessaire. Les équipes de Tisséo-SMTC ont fait preuve d’une disponibilité totale. La commission a bien travaillé : elle a permis un débat riche et surtout serein. Cela a permis d’aller au fond, donc de bien faire comprendre les enjeux fondamentaux du projet. Le rapport de 160 pages va faire l’objet d’une analyse approfondie. Nous déciderons collégialement de la suite qui lui sera donnée. C’est avec optimisme et volontarisme que je vais aborder les prochaines étapes. J’ai la conviction profonde que notre projet sort renforcé de cet exercice démocratique».

L’AUTATE>Un rapport qui n’ose pas. L’Autate (association des usagers des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs) «s’inquiète des multiples non-réponses du SMTC à des questions majeures, ainsi que ses comparaisons partiales de l’efficacité du métro vis-à-vis des autres modes de transport (tramways, train) très éloignées des retours d’expérience ailleurs en France. Nous nous inquiétons également du fait qu’après un an de concertation et de débat public, le projet de révision du PDU n’ait pas bougé d’un iota. La commission a demandé que notre projet soit évalué sérieusement par un comité scientifique indépendant. Nous resterons vigilants…»

VELORUTION> Métro, boulot, dodo, pas de vélo. «Tout tourne autour du métro et réduire la place de la bagnole est le dernier des soucis, il n’est pas prévu qu’elle diminue dans le cadre du PDU (plan de déplacements urbains)».

COLLECTIF CITOYEN>La menace d’un recours juridique. «La CNDP soutient nos demandes. Nous exigeons que les variantes de tracé soient toutes étudiées et comparées objectivement avec celles de Tisséo. Auquel cas, dans les phases à venir avant l’enquête publique, nous ne verserons alors plus dans «l’approbation critique» mais dans l’opposition pure et simple au projet. Nous serions alors contraints et prêts à utiliser toutes les voies de droit pour opposer un recours juridique, susceptible d’empêcher tout lancement du chantier avant la fin du mandat municipal».

lire la suite

Share

Bilan du Débat Public sur la troisième ligne de métro : Un rapport qui n’ose pas.

L’AUTATE remercie la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) pour la qualité du débat qu’elle a organisé. Elle constate toutefois que dans son rapport final, dans sa volonté d’impartialité, la CPDP fait trop confiance au SMTC pour poursuivre une concertation de même qualité jusqu’à l’enquête publique. En effet, si le maître d’ouvrage reprend à son compte la suite du débat public, il y a un fort risque de partialité en faveur du projet de 3ème ligne en l’état, et du nouveau PDU dont il est l’investissement le plus lourd.

D’ores et déjà, l’AUTATE s’inquiète des multiples non-réponses du SMTC à des questions majeures qui avaient été posées sur internet ou lors des débats, ainsi que ses comparaisons partiales de l’efficacité du métro vis-à-vis des autres modes de transport (tramways, train) très éloignées des retours d’expérience ailleurs en France.

Nous nous inquiétons également du fait qu’après un an de concertation et de débat public, le projet de révision du PDU n’ait pas bougé d’un iota.

De même, dans son rapport, l’enjeu du financement du métro n’a pas été suffisamment questionné. Le rapport ne souligne pas la sous-estimation de 500 millions € du coût de la ligne faite par le SMTC, l’impact des 120 millions € annuels des intérêts financiers, la capacité des collectivités à doubler leur participation, et les nombreux aléas (20 % selon l’expert de la RATP)…

La CPDP ne souligne pas la faiblesse de la fréquentation, telle que nous l’avons pointée, alors que le chiffre annoncé de 180 000 personnes par jour correspond plus à une ligne de 10 km de métro que de 28 km. Cet argument devrait suffire à remettre en cause le projet de 3ème ligne.

Un projet de métro se justifie uniquement là où se trouvent des fuseaux de fréquentation suffisants.

Une infrastructure sous-utilisée réduit fortement les possibilités de maillage du réseau.

Par contre l’AUTATE se félicite que la commission ait demandé, page 105 de son rapport, que notre contre-projet soit évalué sérieusement par un comité scientifique indépendant du SMTC.

Nous resterons vigilants à ce que cette recommandation soit concrétisée et annexée à l’enquête publique.

Share

Compte-rendu établi par le Président de la Commission particulière du débat public

Pour lire le compte-rendu de 118 pages

Nous vous recommandons la page 105 : « Dans ce contexte, la commission souhaite que soient étudiées avec un soin et une grande rigueur les solutions alternatives proposées par le Collectif citoyen et par l’Autate, notamment sous l’angle de leurs coûts et de leurs impacts sur l’ensemble des enjeux et du diagnostic évoqués en début de la 3ème partie du présent rapport.

Afin que la légitimité de la démarche soit complète, il importe que ces alternatives soient soumises à expertise dans la présentation et la description qu’en feront leurs initiateurs et avec leur concours.

Le maître d’ouvrage ne pourrait pas durablement rester sur la position qui consisterait à contester leur représentativité, d’autant que le débat a fait apparaître que ces groupements étaient aussi porteurs d’interrogations partagées dans le grand public.

Il serait délicat que cette évaluation soit conduite sous la seule égide du maître d’ouvrage. »

 

Share