Bilan du Débat Public sur la troisième ligne de métro : Un rapport qui n’ose pas.

L’AUTATE remercie la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) pour la qualité du débat qu’elle a organisé. Elle constate toutefois que dans son rapport final, dans sa volonté d’impartialité, la CPDP fait trop confiance au SMTC pour poursuivre une concertation de même qualité jusqu’à l’enquête publique. En effet, si le maître d’ouvrage reprend à son compte la suite du débat public, il y a un fort risque de partialité en faveur du projet de 3ème ligne en l’état, et du nouveau PDU dont il est l’investissement le plus lourd.

D’ores et déjà, l’AUTATE s’inquiète des multiples non-réponses du SMTC à des questions majeures qui avaient été posées sur internet ou lors des débats, ainsi que ses comparaisons partiales de l’efficacité du métro vis-à-vis des autres modes de transport (tramways, train) très éloignées des retours d’expérience ailleurs en France.

Nous nous inquiétons également du fait qu’après un an de concertation et de débat public, le projet de révision du PDU n’ait pas bougé d’un iota.

De même, dans son rapport, l’enjeu du financement du métro n’a pas été suffisamment questionné. Le rapport ne souligne pas la sous-estimation de 500 millions € du coût de la ligne faite par le SMTC, l’impact des 120 millions € annuels des intérêts financiers, la capacité des collectivités à doubler leur participation, et les nombreux aléas (20 % selon l’expert de la RATP)…

La CPDP ne souligne pas la faiblesse de la fréquentation, telle que nous l’avons pointée, alors que le chiffre annoncé de 180 000 personnes par jour correspond plus à une ligne de 10 km de métro que de 28 km. Cet argument devrait suffire à remettre en cause le projet de 3ème ligne.

Un projet de métro se justifie uniquement là où se trouvent des fuseaux de fréquentation suffisants.

Une infrastructure sous-utilisée réduit fortement les possibilités de maillage du réseau.

Par contre l’AUTATE se félicite que la commission ait demandé, page 105 de son rapport, que notre contre-projet soit évalué sérieusement par un comité scientifique indépendant du SMTC.

Nous resterons vigilants à ce que cette recommandation soit concrétisée et annexée à l’enquête publique.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *