Tag Archives: 3ème ligne

Le VRAI-FAUX de l’interview du Pdt SMTCTisséo

Le point de vue de l’Antenne Ouest de l’AUTATE sur l’entretien de la Dépêche du midi avec M. Jean-Michel Lattes, Président du SMTC Tisséo, paru le 18/09/2017

DM : Où en sont les alternatives à la 3e ligne, tracé plus central ou étoile ferroviaire? -JML : Le débat sur le tracé ( au nord ou plus au centre) n’apparaît pas dans les débats publics auxquels j’ai participé. Le Conseil scientifique n’a pas encore rendu ses conclusions sur cette question. Sur l’alternative ferroviaire , le Conseil a confirmé l’orientation donnée par SNCF : une telle alternative, pour être efficace, coûterait bien plus cher (que la 3e ligne) et prendrait un temps considérable. Le réseau fer toulousain est limité et vieux.

FAUX : le vrai projet n’a pas été chiffré. Sur la base des travaux en cours dans les agglomérations européennes, l’AUTATE proposait une modernisation des postes de commandement qui permettrait de supporter 4 trains métropolitains par heure sur chacune des branches de l’étoile ferroviaire.

DM : Vous n’y croyez pas? JML : Le train est complémentaire. Un bus Linéo 2 vers Colomiers transporte 10 000 voyageurs/jour contre 7000 pour la ligne C de train (Colomiers-Arènes). Nous avons créé cinq points d’intermodalité avec le fer sur la 3e ligne. Avec les Linéo, cela nous appartient en propre, avec le train on dépend d’orientations nationales.

FAUX On ne peut comparer Linéo 2 et Ligne C en termes de fréquences et d’amplitudes horaires, qui sont bien supérieures sur Lineo que sur ligne C (c’était l’objet de notre pétition sur la ligne C …). Les 7000 passagers/jour de la ligne C pourrait être largement augmentés. N’oublions pas de plus que les rames sont hyper chargées actuellement – certains ne peuvent pas entrer dans le train ….

DM : Ne craignez-vous pas que les Linéo soient englués dans le trafic global et perdent de leur efficacité? -JML : On nous disait cela pour la ligne 1 place Dupuy, or la fréquentation est passée de 16000 voyageurs/jour avec l’ancienne ligne à 20 000 aujourd’hui. La priorité des bus aux feux, avec des couloirs réservés à proximité, permet de rendre les Linéo performants.

FAUX : pas de voie propre aux endroits embouteillés, et les priorités aux feux (et rond-point) sont très rares. Il est très facile de constater que les Lineo sont dans les bouchons comme les bus qu’ils remplacent à grand frais pour un seul vrai gain – l’amplitude – qui aurait pu être fait sans travaux

DM : Vous tablez sur l’usage de plusieurs modes de transport ? -JML : La 3e ligne ne va pas régler tous les problèmes à elle toute seule. L’avenir des mobilités passe par de multiples solutions, comme le covoiturage et le site qu’a développé Tisséo, avec 40 nouveaux spots de covoiturage (lieux où les gens peuvent garer leurs voitures pour faire du covoiturage) créés par an, ou les plans de déplacement entreprise (PDE).

VRAI-FAUX : « La 3e ligne ne va pas régler tous les problèmes à elle toute seule. » On est bien d’accord, mais ce ne sont ni le covoiturage ni les PDE d’entreprise qui vont les régler non plus !

DM : Pour l’usage de la voiture, le but est toujours d’en réduire la part, excessive dans les déplacements de notre agglo ? -JML : Oui, mais le plan Mobilités prévoit un volet routier. On travaille à Toulouse Métropole, sur l’axe Saint-Jory/Parc des Expos/ Blagnac avec prolongement via la Voie du canal Saint-Martory ou le boulevard Eisenhower. Un contournement Ouest qui fait partie des orientations du plan Mobilités, mais pas de la compétence Tisséo.

BIZARRE : un volet voiture ? L’objectif principal d’un PDU n’est-il pas de réduire l’utilisation de la voiture ?

DM : D’où l’intérêt d’une autorité intégrant les autres acteurs? JML : Elle existe depuis juillet 2016, c’est le conseil des exécutifs qui réunit tous les trimestres Région, Département, Etat, intercommunautés et SNCF, qui a contribué à définir le financement de la 3e ligne.

Si cette autorité existe, elle est bien inefficace …

Conclusion : voilà à quoi les autorités engagent les usagers et usagères pour 20 ans, voire plus ! C’est désespérant !

Share

[La Dépêche] La troisième ligne de métro ne doit pas oublier l’équilibre de l’agglomération

Un article de Gilles-R. Souillés paru dans la dépêche du midi le 21/12/2016

Le débat sur la troisième ligne de métro s’est achevé en fin de semaine passée, avec les conclusions préliminaires de la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) chargée de l’organiser. Si tout le monde se félicite du grand succès démocratique de la consultation, tant par le nombre de participants que d’avis déposés, la pertinence du projet est sujette à des critiques, concernant notamment la nécessité d’un véritable réseau de transports publics pensé à l’échelle de l’agglomération et ne dépendant pas exclusivement du métro. «Face à la congestion routière, les citoyens ont bien perçu l’urgence de ce débat, souligne Europe-Ecologie-les-Verts (EELV). Si la plupart voient dans le métro un moyen de transport rapide et de bonne capacité, un certain nombre de contradictions ont été mises en évidence, qui ne permettent pas de poursuivre le projet tel que proposé jusqu’à présent par le SMTC-Tisséo». Parmi les problèmes soulevés par la consultation et les Verts, le déséquilibre territorial entre Toulouse et les communes de la métropole, notamment à l’ouest où des communes comme Tournefeuille se sentent un peu oubliées, malgré le projet de ligne de bus Linéo3 et l’hypothétique prolongement de la ligne A du métro, qui n’est pas pour demain. Sans parler de la (non) jonction de la troisième ligne avec l’aéroport… «La participation citoyenne a montré la volonté d’un véritable maillage de notre aire urbaine en transports publics», estime les écologistes qui émettent des doutes «sur les problèmes posés par les 40 % du tracé du métro prévus en aérien», en insistant sur des solutions alternatives : réseau de bus avec voies dédiées, tramway, utilisation de l’étoile ferroviaire, développement de voies piétonnes et cyclables, prolongement des lignes de métro existantes, mais aussi, pourquoi pas imaginer un tracé alternatif pour la troisième… Les Verts s’inquiètent surtout du développement urbain et de la densification de l’habitat autour du tracé proposé. «Il faut mener à bien le débat sur l’urbanisme avant tout, puis apporter les réponses en matière de mobilités», assurent-ils en plaidant pour une consultation à l’échelle de l’agglomération sur les questions d’aménagement du territoire. «Il n’est pas d’autre voie possible pour que notre agglomération puisse devenir un jour moderne, fluide et apaisée», concluent-ils. Ce qui reste, in fine, l’enjeu principal. L’association des usagers(e) s des transports de l’agglomération Toulousaine et de ses environs (AUTATE), relève aussi la qualité du débat, mais constate que le travail de la commission a mis en évidence une fracture. «Les décideurs économiques et les politiques sont pour la troisième ligne de métro alors que les usagers sont plutôt contre. C’est David contre Goliath», explique Marie-Pierre Bès, la présidente, qui milite pour un réseau de transports publics global, du train au vélo et desservant les zones d’emplois et de résidence, à l’échelle de l’agglomération. Pour 2,1 milliards, le coût estimé de la troisième ligne, il y a sans doute de quoi trouver des solutions.

Share

[La Tribune] PLB : que dit la lettre de Jean-Luc Moudenc à Jacques Oberti ?

Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, a rendu public ce mercredi 2 mars le courrier qu’il a envoyé hier (le 1er mars) à son homologue du Sicoval Jacques Oberti. Jean-Luc Moudenc y justifie son choix de ne pas financer le prolongement de la ligne B à Labège. Pour rappel, c’est le Sicoval qui a annoncé la nouvelle de l’arrêt du projet, et Jean-Luc Moudenc n’avait pas souhaité s’exprimer avant, malgré une avalanche de réactions. Dans cette lettre, Jean-Luc Moudenc propose notamment de commencer le chantier de la 3e ligne de métro en 2019 par Labège. Découvrez-là dans son intrégralité.

lire la suite

Un article de Sophie Arutunian et Gael Cérez  publié dans La Tribune Toulouse le 02/03/2016

Share

[La Dépêche] Ligne B ou 3e ligne : le métro n’ira pas à Labège

Les négociations entre Moudenc et Oberti sur la desserte de Labège et de sa zone d’activités par le métro débouchent sur un désaccord et une impasse, selon le président du Sicoval.

Les jeux sont faits, rien ne va plus. Après deux mois de négociations actives, dans la plus grande discrétion vis-à-vis des médias, entre Jean-Luc Moudenc et Jacques Oberti, les discussions sur le prolongement de la ligne B (PLB) du métro jusqu’à Labège se sont achevées, hier mardi après-midi, sur un désaccord entre le président de Toulouse Métropole et celui du Sicoval.

Jacques Oberti a indiqué à «La Dépêche du Midi» avoir fait deux ultimes propositions à Jean-Luc Moudenc. La première, qui avait déjà été évoquée lors des négociations entre les deux présidents, consistait à raccourcir le prolongement de la ligne B à deux stations, parc technologique du Canal à Ramonville et terminus à l’INP de Toulouse, avec desserte ultérieure de Labège Innopole et de la gare multimodale de la Cadène par la troisième ligne de métro. «Dans cette optique, la participation du Sicoval et de ses partenaires pour le PLB, Département, Région et Etat, était ainsi acquise pour la 3e ligne de métro», indique Jacques Oberti.

lire la suite

Un article de Philippe Emery publié dans la Dépêche du midi du 02/03/2016

Share