Un mois d’abonnement gratuit chez Tisséo en dédommagement de l’arrêt de la ligne A

Un mois d’abonnement gratuit chez Tisséo en dédommagement de l’arrêt de la ligne A

Créé le 17/08/2017

À l’attention : de Jean Michel Lattes, président de Tisséo

Cet été du 17 juillet au 20 août nous sommes nombreux à voir été pénalisé de l’arrêt de la ligne A du métro à Toulouse.

Le bus de remplacement était saturé, bondé, en retard, nous avons donc voyagé dans des conditions lamentables.

Nous sommes souvent arrivés en retard à notre travail, certains ont même pris des taxis pour arriver à l’heure, c’est pourquoi nous vous demandons un mois de gratuité pour le préjudice causé pendant ces 5 semaines puisque la qualité du service n’a pas été à la hauteur.

Share

Ligne SNCF Muret Cazères

Voici des constats relatif aux transports ferroviaires.

Il y a des fermetures de gare ou des modifications d’ouverture de
guichets (entre autre à Cazères) impliquant des gestions de la part
des usagers complètement fous.

Les horaires de train pour juillet jusqu’à octobre posent problème
pour ceux qui finissent tôt par exemple: le train de 14h41 départ de
Matabiau en direction de Pau est modifié ; pour aller à Cazères il
faudra attendre 15h30 pour partir en sachant que des gares ne seront pas desservies et cela du lundi au jeudi.

Actuellement, ce train est court, plein à craquer jusqu’à Muret voir même comme la semaine dernière jusqu’à Cazeres voir plus loin. C’est inadmissible; au delà, des personnes valides qui restent debout dans les couloirs, les personnes en situation de handicap ne peuvent pas monter, Il n’est pas rare de s’entendre dire que l’on ne peut pas monter et d’attendre le train suivant. Ce problème de train complet est valable sur d’autres horaires.
Je ne les connais pas tous , mais les autres usagers en ont parlé.
C’est le même cas, pour l’aller également, pour les usagers qui
montent au Fauga, Longages et surtout Muret où ils sont debout.
Modifications d’horaires le soir également de 10 minutes pour ceux qui bossent tard ils sont obligés d’attendre 1 h pour rentrer.

Par ailleurs, il est difficile pour ceux qui ont des vélos de monter lorsque les trains sont pleins , problème de place pour les valises des internes. Pas de places aisées pour les caser du coup ils les mettent sur ou à côte des fauteuils , on ne peut pas s’assoir.

Je sais que le soir les derniers en partance de Toulouse en direction de Pau , Montrejeau… ils craignent vu la fréquentation.

Il y a un manque cruel de communication de la part de la SNCF.

Pour avoir discuté avec les employés , qui ont le devoir de réserve, tout est fait pour qu’ils soient mis en pâture.. les machines de compostages ne fonctionnent pas tout le temps… tout est fait selon les employés pour que tout le service « humain » soit démonté et centralisé à Paris…les trains avec du retard pour soit disant, non préparé est aussi qlq chose de fréquent surtout le train de 7h12 à Cazeres souvent en retard 5 ou 10 minutes.

Nous avons pas mal de train le matin mais entre 14h et 16h40 rien. Nous savons qu’il va y avoir des travaux , nous appréhendons la rentrée de Toussaint; l’an dernier entre les grèves et les travaux cela a été très pénible pour ne pas dire autre chose. Heureusement que la solidarité s’organise.

Cordialement,

C.C.

Share

Gardons la gare de Carbonne ouverte !

Nous relayons cette pétition du Collectif Gare de Carbonne

Nous avons été sensible aux aménagements des horaires faits en début d’année suite aux demandes de nombreux usagers ; en effet la gare est à présent ouverte à partir de 5h30.

De plus, dans le cadre de l’amélioration de la sécurité des voyageurs de la gare, SNCF Réseau a investi dans la création d’un nouveau quai et d’une passerelle piétonne équipée d’ascenseurs pour les personnes à mobilité réduite (travaux du 3 avril au 20 octobre 2017). Ces travaux vont dans le sens d’une amélioration de la qualité de la prestation des transports offerts aux habitants du Carbonnais.

Cependant, l’installation en extérieur de la borne de retrais, la récente création d’un abris sur le quai n°1 et la création de cette passerelle semblent indiquer que le hall, son guichet ainsi que le personnel ne seront bientôt plus utiles.

Ainsi, les usagers de la gare se posent plusieurs questions :

  • Le bâtiment de la gare va-t-il rester ouvert et sur quels horaires ?
  • Le guichet de la gare va-t-il rester ouvert et avec quels horaires ?
  • L’agent qui facilite la traversée des voies va-t-il être maintenu à son poste et avec quels horaires ?
  • Le nombre de rame de de TER sera-t-il maintenu, voir augmenté, aux heures de pointes ?
  • Est-il envisagé d’augmenter le nombre de casier à vélo à la gare (gare de Carbonne = Pôle d’échange multi modaux PEM ?)

LES MAINTIENS QUI PARAISSENT INDISPENSABLES :

Par temps de pluie et de froid, le hall abrite les usagers. Quand il fait nuit, le hall permet d’être en sécurité.

Le guichet rend service aux nombreuses personnes qui ne peuvent ou ne savent pas utiliser internet, n’ont pas de carte de crédit, recherche une information particulière.

L’agent de circulation de la voie sécurise le quai (traversée des usagers, interdiction aux vélos, etc…)

NOTRE SOUHAIT :

Déterminés à garantir la qualité des services de transports que nous utilisons et à participer à toutes initiatives constructives, nous sommes environ 500 personnes/jour à utiliser le train au départ de Carbonne pour aller vers Toulouse ou Tarbes.

Nous demandons à nos élus municipaux, départementaux, régionaux, à la SNCF, au TER d’entamer un réel dialogue avec les usagers pour maintenir la gare de Carbonne ouverte dans des conditions satisfaisantes pour toutes et tous.

Share

Non à la jonction Est, oui aux déplacements non-polluants

Nous relayons cette pétition de « habitants de AGGLO de Toulouse »

Nous sommes opposés à la création d’un nouvel échangeur autoroutier au niveau de la Cité de l’Espace à Toulouse. Cet échangeur nommé « jonction Est » serait situé entre les échangeurs actuels n°17 et n°18. Voici les raisons de notre opposition :

– cet échangeur va créer une nouvelle source de pollution atmosphérique, sonore et visuelle

– il est situé dans une zone naturelle humide (vallée de l’Hers, vallée de la Saune)

– il scinde en deux dans une zone de loisirs où les familles sont nombreuses à se balader

– il va générer un flux additionnel de véhicules dans une zone aux voies étroites : bois de Limayrac, La Terrasse côté Toulouse.

-le périphérique est déjà saturé aux heures de pointes. Un « robinet » de plus, ce sont des bouchons en plus.

– Le Code des Transports impose une autre direction : il faut investir prioritairement et principalement dans les infrastructures accueillant des modes de déplacements non polluants : Transports en Commun, voies cyclables, voies piétonnes. De plus, ces modes sont peu consommateurs d’espace.

Le Maitre d’Ouvrage (Toulouse Métropole) avance les raisons suivantes :

·        Desserte d’un futur quartier en construction (Malepère)

·        Tenants et aboutissants des échangeurs n°17 et n°18 en voie de saturation

·        Desserte de la clinique

En réalité, ce projet « dans les cartons » depuis 1982 n’a jamais été mis en œuvre par les diverses équipes municipales; les études ne le justifiaient pas.  Le contexte a peu évolué sauf un fait nouveau: le déménagement en 2018 d’une clinique privée (Capio) au milieu d’une zone dépourvue d’infrastructure. Cet emplacement a été décidé unilatéralement par Capio qui prévoit de créer un parking de 800 places. Dans ces conditions, précipiter la collectivité dans des aménagements routiers pour un montant de 70 millions€ ne nous parait pas légitime.

Convaincus que la mobilité doit être améliorée, nous proposons :

  • l’élargissement des échangeurs actuels n°17 et n°18 pour accueillir une voie dédiée au bus dans les deux sens. Cette voie pourra évidemment être emprunté par les véhicules de secours  et les cyclistes.
  • à partir de ces échangeurs, une voie améliorée pour desservir la clinique. Cette voie sera partagée par les différents modes (TC, véhicules individuels, vélos)
Share

[La Dépêche] L’Autate préfère le train au téléphérique, pas Tisséo

Un article paru dans la Dépêche le 8 juillet 2017

«Le Téléphérique urbain sud (Tus) est une bonne solution pour desservir localement les hôpitaux Rangueil, Larrey et Oncopole, pour son impact touristique et de détente familiale, ainsi que pour les cyclistes. Il ne constitue pas un maillon essentiel du réseau structurant de transport à l’échelle d’une agglomération d’un million d’habitants.

Les chiffres annoncés (7 000 voyageurs/jour) montrent qu’il n’est pas en capacité d’absorber une part significative du trafic automobile sud-ouest/sud-est et de créer une alternative crédible à la voiture», estime l’Autate (association des usagers des transports de l’agglomération toulousaine et des environs).

Pour l’association d’usagers, ces besoins d’échange entre sud-ouest et sud-est de Toulouse seraient de 50 000 voyageurs/jour.

Pour l’Autate, «une ligne de train peut répondre à ce besoin sans défiguration du coteau et sans création d’une ligne», en utilisant les lignes de train au départ de la gare Saint-Agne (connectée en outre au métro ligne B) avec une fréquence adaptée et une tarification intégrée, ces lignes assurant la connexion entre les deux rives de la Garonne : les villes de Colomiers (ligne C), Muret-Portet ou Le Vernet (lignes D1 et D2) sont à moins d’un quart d’heure de Saint-Agne, selon l’Autate.

lire la suite

Share

Le parcours du combattant pour renouveler sa carte senior !

Mr MC retraité, né le 13 juillet reçoit de la part du point info sénior une invitation écrite à renouveler sa carte de transport en commun Tisséo. On lui demande de bien vouloir se munir de sa carte d’identité, d’un avis d’imposition, d’un justificatif de domicile (facture) et bien sûr de sa carte périmée de transport.
Le lundi 3 juillet il se rend au point info sénior, service municipal de la mairie qui jusqu’alors délivrait une carte de gratuité des transports pour l’agglomération. On le sait depuis janvier pour le moins, le maire est décidé à supprimer la gratuité mise en place depuis Baudis au profit d’une tarification qui fait payer tous les retraités sauf ceux qui ont 811 euros par mois.
Arrivé dans la cour de l’espace Duranti, il découvre une file d’attente de 5 m dépassant de l’entrée. Dans le rang on l’informe que du retard a été pris suite à une panne informatique. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur les personnes âgées attendent patiemment parfois sous le soleil tapant, parfois sous une bruine infime.
A l’entrée, le personnel visiblement débordé par la situation, informe que l’attente sera longue. Il y a 3 personnes pour recevoir et chacune prend environ ¼ d’heure pour résoudre la demande de chacun.
Il décide néamoins d’attendre. A l’intérieur on vérifie qu’il possède tous les documents demandés. On lui demande s’il sait quelle tarification il prendra ? Oui celle qui est annuelle à 100 euros. On l’informe que la mairie ne prend que les chèques ou la carte Visa : la mairie refuse l’argent en espèce émis par l’état.
Un ticket numéroté lui est attribué, le 76. On en est au 57. Muni d’un bon livre, le temps passera assis. A 13 h 30 soit une heure et demi plus tard c’est son tour. Il passe au guichet. Et là l’employé l’informe que pour obtenir l’abonnement annuel à 100 euros, il ne peut le faire qu’à partir du 6 juillet et qu’il faudra revenir ultérieurement. Après toute cette attente Mr MC s’étonne avec exaspération que cette information n’ait pas traversé la cloison qui sépare les employés de l’accueil des employés qui reçoivent.
Au mieux l’employé peut proposer un billet pour 10 euros couvrant la période du 14 juillet au 31 pour 10 euros ou un ticket de 10 déplacements pour 4 euros. Mais s’exclame Mr MC, dix euros c’est le tarif pour un mois et vous me le proposez pour quinze jours : c’est du vol !
Mr MC assez énervé de ces situations retourne à l’accueil afin d’informer la salle d’attente des conditions d’obtentions et en l’occurrence de la non obtention et de la non mise en place de la tarification pourtant propulsée depuis de nombreux mois.
Monsieur le maire, on a vu aujourd’hui que vos employés travaillaient sans concertation commune dans des conditions de travail très pénibles pour tous : accueil sans confidentialité dans une salle aveugle, attente dans les mêmes conditions, personnels très sollicités car pas assez nombreux, soumis aux décibels des dialogues et des réclamations … Pas de chance, votre image auprès des retraités a été fortement altérée aujourd’hui…

Share