Linéo

Problème sur la ligne 5

La L5, toujours la L5. Encore ce matin, le bus arrive bondé à l’arrêt. Il refuse d’ouvrir les portes « avant ». Il me dit « il n’y a pas de place devant, montez à l’arrière ». Et bien non, j’ai refusé, j’ai insisté et j’ai poussé les gens et suis montée à l’avant. Il m’a dit que les gens n’étaient pas disciplinés et avait vraiment l’air de ne pas se sentir du tout concerné par la « gestion des usagers dans son bus » (je lui ai demandé de au moins, appuyer sur la commande vocale demandant aux gens d’avancer au fond du bus, il ne l’a pas fait). Je demande (pour la énième fois) pourquoi les L5 sont des bus « normaux » et non des super-bus? Et bien, info ou intox mais il semblerait que ce soit le maire de Portet qui refuse d’avoir des super-bus dans sa commune. Avez-vous des infos à ce sujet ?

Par le groupe des usagers sur Facebook, 20 janvier 2020

Share

Lineo 3 et vacances scolaires


Usager de ligne LINEO3, je vous informe que son succès fait que les bus au départ de Monestié, les places assises sont pratiquement toutes utilisées, et que les voyageurs montant quelques arrêts suivant sont debout jusqu’au Arènes.
Aux Arènes, pour le retour il part complet et bondé.
Les fréquences sont insuffisantes actuellement, et eu égard au développement des réalisations des constructions ce sera très insuffisant dans quelques mois.
De plus, les horaires de vacances pour une métropole il faudrait abandonner. On ne remarque plus des énormes baisses de déplacements durant les vacances.

Bonne journée,

Bien cordialement,
Jacqueline

Share

Les lineo 7 et 8

Je vous fais suivre via le lien suivant une enquête réalisée par l’association de quartier du Pont des Demoiselles quant à la perception des nouveaux services associés aux linéos 7 et 8 (et comparaison avec les anciennes lignes 10 et 22) : https://associationpontdemoiselles.wordpress.com/2018/04/04/enquete-usagers-lineo-7-et-8-mars-2018/

Bien que peu suivie du fait du manque de communication autour de cette enquête (seulement 33 réponses), celle-ci permet néanmoins de mettre en évidence quelques écueils sur le développement de ces deux lignes Linéo. On constate notamment une dégradation du cadencement de la L7 dans certains créneaux horaires par rapport à l’ancien service (ligne 10). Par ailleurs, cette ligne Linéo 7 est, en période de pointe, prise dans la congestion, ce qui la rend souvent peu concurrentiel par rapport à la voiture individuelle. Enfin, certains arrêts de bus ne disposent pas des écrans d’information voyageur (pourquoi donc ne pas avoir installé ces écrans sur l’ensemble des arrêts ?).
Bref, on nous a « vendu » un linéo soit disant plus structurant, mais l’analyse des fiches horaires montre que le cadencement est guère plus important que précédemment, voire a été détérioré. Or, sous prétexte de ce « réseau structurant », on autorise une urbanisation massive de l’avenue Saint-Exupéry, qui ne peut toutefois absorbé en l’état le trafic associé à cette urbanisation.

cordialement,

Paolina

Share

Transport en commun à Tournefeuille

Un jeune habitant de Tournefeuille étudiant l’Histoire-Géographie à l’Université Jean Jaurès témoigne:

  • Lineo3: au niveau temps de transports, je n’ai pas constaté de différence par rapport au 65. Les améliorations de fréquence et d’amplitude horaire ne nécessitaient pas de tels travaux.
  • Pour aller à l’Université, je prends le bus 21 qui m’amène rapidement à Basso-Cambo car il prend un bout de rocade Arc-En-Ciel puis du site propre jusqu’à Basso-Cambo. Ensuite je fais la correspondance avec le métro ligne A jusqu’à l’Université. Je suis satisfait par ce trajet que je trouve efficace car rapide.

Share

3 bus pour faire 8km …

Une usagère nous laisse un message téléphonique depuis l’arrêt de bus Soleil d’Or aux Sept Deniers.

« J’habite Colomiers, et pour me rendre à l’école des Sept Deniers, je dois prendre 3 bus différents: le L2, le 63 et enfin le L1. Je trouve que c’est beaucoup trop long, car cela correspond à seulement 8km en voiture. »

Note AUTATE: le calculateur Tisseo donne une durée de trajet entre 35 et 47 minutes le matin entre 7h et 9h.

Share

L’AUTATE participe au Grand Débat (2/2)

Réduire l’utilisation de la voiture – solutions transports en commun et autres idées

https://granddebat.fr/projects/la-transition-ecologique/collect/participez-a-la-recherche-collective-de-solutions-1/proposals/reduire-lutilisation-des-voiture-solutions-transports-en-commun-et-autres-idees

Solutions de transports pour réduire l’utilisation de la voiture:

Bâtir l’offre de transports collectifs sur une analyse des besoins exprimés en assemblée bi-annuelle avec les partenaires qui gèrent les transports, les municipalités et les associations d’usagers :

1. rendre obligatoire un Plan de Déplacements avec évaluation annuelle des impacts attendus au niveau des entreprises, au niveau des municipalités, au niveau des usagers via des associations d’usagers.

2. Financer équitablement tous les modes de transports : 1€ investit pour la voiture implique 1€ pour le train , 1€ pour les bus , 1€ pour les modes doux, ….Une place de parking voiture pour une place de parking 2 roues et une place de parking vélo (parkings publics, parkings résidentiels, parkings d’entreprise, …)

3. développer la complémentarité des modes de transports en unifiant les structures : un seul gestionnaire train+bus, une seule tarification.

Diminuer la saturation aux heures de pointe :

1. faciliter le télétravail ou le co-working au niveau des entreprises

2. étaler les plages horaires d’arrivées et de départs contraints : au niveau des entreprises avec une souplesse sur les horaires de travail, au niveau des écoles, collèges, lycées pour étaler l’heure de démarrage des cours.

Augmenter les performances des transports collectifs :

1. augmenter le nombre de passages des transports collectifs : tous les bus , tous les trains et pas seulement les LINEOs avec des fréquences minimales de 15min.

2. rendre les transports collectifs prioritaires par rapport à la voiture individuelle (solo) : déclenchement des feux tricolores avec l’arrivée des bus.

3. dédier des voies aux transports collectifs : partager l’espace existant des voiries en restreignant l’accès de certaines rues aux transports collectifs (ce partage peut se faire rapidement sans travaux). L’exemple des centres-ville piétonniers sans voiture sauf les résidents peut être étendu à des rues pour modes doux, des rues pour bus , des rues pour voiture.

Diminuer les trajets en avion :

1. interdire la vente à perte des billets d’avion comme cela est pratiqué dans l’alimentation.

2. Vidéo-conférence

Augmenter l’utilisation du covoiturage :

1. agrandir les parkings de covoiturage

2. créer ces parkings de covoiturage là où le besoin est concret : déclarer un parking existant comme parking de covoiturage n’est pas suffisant si ce parking est mal placé par rapport aux déplacements.

3. réserver des places de covoiturage sur les parkings d’entreprises, d’écoles, …

4. créer des voies réservées au covoiturage

5. appliquer un tarif dégressif en fonction du nombre de passagers (parkings, péages)

Augmenter l’utilisation des modes doux dès le plus jeune âge :

1. sécuriser les accès modes doux par des voies dédiées (voir le partage de l’espace plus haut dans ce texte)

2. proposer un nombre suffisant de parkings vélos au niveau des écoles et des habitats résidentiels.

3. créer une signalétique chemins piétonniers-pistes cyclables très offensive pour faire la promotion de leur usage.

4. inciter, aider les associations de déplacement sur le lieu scolaire à vélo ou pedibus, afin que les initiatives ne s’essoufflent pas dans les écoles : garder une continuité dans le temps.

Diminuer le nombre de voitures individuelles :

1. augmenter le nombre de structures qui proposent des locations de voiture pour des trajets ponctuels : des structures basées sur une association de citoyens seraient à envisager

2. augmenter de façon significative les nombres de places dans les transports collectifs de façon homogène sur tout le territoire : égalité des choix de transports pour tous.

3. affecter le coût écologique des déplacements des employés et des produits à l’entreprise : le bonus/malus renforcerait l’implication au niveau de l’entreprise.

Diminuer les distances parcourues pour les biens de consommation :

1. créer une étiquette écologique des produits chiffrant le nombre de km parcourus, l’impact écologique : cela laissera le choix aux consommateurs de prioriser les produits locaux

2. créer une taxe écologique appliquée aux produits : pour inciter à une production proche de la consommation

Contrôler les utilisations des aides :

1. associer les aides de l’état , de la région, …. à un contrôle du service rendu. Sinon prévoir des pénalités. Exemple aide pour entretenir les rails associée à un faible pourcentage de trains en retard.

Financements :

1. avoir des politiques incitatives qui prennent en compte le contexte : choix réel de modes de transport dans sa commune.

2. Prélever des taxes sur les énergies les plus polluantes et affecter ces recettes à la diminution de la pollution. 3. Réaffecter ces recettes vers les personnes habitant les territoires sous-dimensionnés en transports tant que l’égalité de l’offre n’est pas atteinte.

Share

L’AUTATE participe au Grand Débat (1/2)

Réduction des embouteillages et amélioration de la qualité de l’air: le collectif du désert de l’ouest réclame un transport en commun efficace

https://granddebat.fr/projects/la-transition-ecologique/collect/participez-a-la-recherche-collective-de-solutions-1/proposals/un-secteur-oublie-le-collectif-du-desert-de-louest-reclame-un-transport-en-commun-efficace

Nous avons répondu au questionnaire proposé sur le site:

AUTATE, le 14 mars 2019 à 22:14 • Modifié le 14 mars 2019 à 22:24

Quel est aujourd’hui pour vous le problème concret le plus important dans le domaine de l’environnement ?

La pollution de l’air

Que faudrait-il faire selon vous pour apporter des réponses à ce problème ?

Réduire l’utilisation de la voiture dans les grandes agglomérations

Diriez-vous que votre vie quotidienne est aujourd’hui touchée par le changement climatique ?

Oui

À titre personnel, pensez-vous pouvoir contribuer à protéger l’environnement ?

Oui

Si oui, que faites-vous aujourd’hui pour protéger l’environnement et/ou que pourriez-vous faire ?

Les objectifs de notre association d’usagers (AUTATE: Association des Usagers des Transports de l’Agglomération Toulousaine et de ses Environs) sont d’informer les usagères et usagers des transports et leur permettre d’exprimer leurs difficultés au quotidien ainsi que de les représenter auprès des instances et des pouvoirs publics.

Si oui, que faudrait-il faire pour vous convaincre ou vous aider à utiliser ces solutions alternatives ?

Il faut des alternatives à la voiture qui soient efficaces. Notre association milite en particulier pour des transports en commun sur des voies dédiées afin d’assurer la rapidité et la régularité.

Si non, quelles sont les solutions de mobilité alternatives que vous souhaiteriez pouvoir utiliser ?

Les transports en commun

Y a-t-il d’autres points sur la transition écologique sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Le collectif « le Désert de l’Ouest de la Métropole » rassemble des habitants des communes de l’ouest de Toulouse (forte zone d’emploi aéronautique). Il est soutenu par l’AUTATE (Association des Usagers des Transports de l’Agglomération Toulousaine et de ses Environs).

Dans l’ouest de Toulouse, seulement 8% des déplacements se font en transport en commun contre 72% en voiture. Ceci est dû à la faible offre de transports en commun et à son manque d’efficacité. Le PDU est bâti autour de la réalisation d’une 3ème ligne de métro, qui représente les deux tiers du budget. Les autres projets ne sont pas à la hauteur des besoins d’une population en constante croissance. Le collectif a fait des propositions alternatives, non entendues jusque-là :

– Mettre en site propre les bus structurants sur l’ensemble de leurs parcours.

– Prolonger la ligne A du métro et la ligne C (RER) vers l’ouest et augmenter la fréquence de cette dernière.

– Créer une ligne tram-train pour assurer les liaisons transversales entre villes de banlieue, et prévoir des parking-relais aux principales gares.

Share