A 15 km de Toulouse, Sainte Foy d’Aigrefeuille, commune sans transport en commun

J’habite à Sainte Foy d’Aigrefeuille, commune résidentielle à 15 km de Toulouse, mon témoignage concerne une commune périurbaine sans transport en commun.

La population de Ste Foy est jeune et la plupart des habitants vont travailler sur Toulouse, Labège ,les hôpitaux au sud de Toulouse  …(environ 30 minutes en voiture)
Nous ne faisons pas partie du PDU donc pas de transport Tisséo.
Le seul transport en commun existant est un TAD qui va uniquement vers Balma Gramont,  7 trajets par jour à réserver 2 heures à l’avance pour qu’ils passent . Il faut ensuite de Balma Gramont prendre le métro pour, peut être encore, traverser Toulouse. Autre possibilité mais très peu utilisée les bus Arc en ciel  Revel-Toulouse, ils passent 2 ou 3 fois par jour à Lanta qui est à 5 km, et il faut, là aussi, prendre sa voiture pour y accéder.
A cela, se rajoutent des tarifs non avantageux. On paye d’abord  le trajet TAD puis le plein tarif tisséo puisque nous ne sommes pas dans le PDU. De quoi aussi décourager ceux qui préfèrent la voiture aux transport en commun. 
Avec autant de contraintes, on peut comprendre l’intérêt de la voiture et à Sainte Foy, on compte 2 ou 3 voitures par maison. En conséquence, la route de la Saune (la D18) et les petites routes de campagne vers Saint Orens, Escalquens, Labège sont saturées le matin et le soir, dangereuses  et inadaptées au trafic.

Personnellement pour aller sur les centres d’attractivité qui sont Saint Orens, Labège ou Toulouse je prends mon vélo le plus possible (sachant que ce n’est pas à la portée de tous et que les coteaux sont durs à monter) C’est sportif et je ne tiendrai pas longtemps.
La meilleure solution est d’abord la voiture puis les terminaux de bus. Pour aller sur Toulouse, on peut se garer au Leclerc Saint Orens et prendre le L7 ou à Fonsegrives Ribaute le L1 ou le 83,  Dans ce dernier cas, il faut obligatoirement aller encombrer Fonsegrives au passage.
Il nous est impossible de quitter Sainte Foy sans voiture.

Je ne sais pas si ma petite banlieue résidentielle est unique dans son cas mais je la trouve très caractéristique d’un déficit de transport dans la périphérie toulousaine. 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.