Actualités

Contribution au projet mobilités 2025-2030

Contribution au projet mobilités 2025-2030

(Révision du plan de déplacements urbains)

Contribution de l’association des usager-e-s des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs (AUTATE) au projet Mobilité 2025-2030 valant révision du Plan de Déplacements Urbains et notamment sur la consultation sur la troisième ligne.

Constat :

Si le 1,1 million d’ habitant-es de l’agglomération sont englué-es dans les embouteillages, c’est bien parce que 67% des déplacements se font en voiture. C’est le taux le plus élevé de France (l’un des tout premiers d’Europe) parmi les grandes villes et pourtant le réseau TISSEO est le troisième réseau de transport urbain de France. Ce décalage s’explique par la part très faible des déplacements doux (marche et vélo). On ne le doit ni au climat ni au relief de l’agglomération mais bien à son réseau routier très développé qui favorise l’usage de la voiture. Cela va de pair avec un fort étalement urbain et l’installation en périphérie de plus en plus éloignée de zones d’activités et d’habitat.

La spécialisation des territoires en zones distincts (habitat, commerce, emploi) ainsi que la forte croissance démographique en secteur périurbain induisent des déplacements de plus en plus nombreux et longs. Ils se font la plupart du temps en voiture, faute de transports en commun ou d’infrastructures pour les modes doux (voies piétonnes et pistes cyclables). Ce modèle qui favorise la mobilité en voiture en dehors de la ville centre a des conséquences sociales, environnementales et sanitaires majeures :

-Embouteillage chronique du périphérique et des accès à ce dernier.

-Fatigue et risque d’accidents

-Pollution, notamment pour les populations vivant à proximité des voies routières

-Rejets de GES qui participent aux changements climatiques

-Gaspillage énergétique

-Risque d’isolement et de paupérisation des personnes ne pouvant de déplacer en voiture (personnes âgées, population à bas revenus, jeunes).

Ce modèle de mobilité doit évoluer et se mettre en conformité avec les orientations du SCoT :  « Passer de l’étoile à la toile »Créer un maillage performant en transports collectifs : Il s’agit de desservir les secteurs à enjeux par des modes attractifs, mailler le réseau (lignes ferroviaires, correspondances avec les lignes ferroviaires…)

-Créer un maillage par des boulevards multimodaux permettant de relier entre elles les polarités proches, de structurer l’accueil de l’urbanisation, d’accueillir les modes alternatifs à la voiture

-Compléter le réseau cyclable et aménager l’espace public pour favoriser l’usage des modes doux

-Poursuivre une politique de stationnement favorable à l’usage des autres modes, développer l’autopartage.

-Une politique de l’intermodalité avec la création de « portes », où l’on laisse sa voiture pour pénétrer dans l’agglomération par un autre mode.

De même, le PDU doit respecter les préconisations relatives à la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie.

Un vrai bilan chiffré :

Nous souhaitons disposer de bilans chiffrés sur l’usage des lignes A et B et du tram T1 :

Comment ont évolué les parts modales depuis 10, 20 ans ? Comment ont évolué les flux de déplacements ? Qu’en est-il des résultats des enquêtes « origine/destination » les plus récentes ?

Nos idées fortes :

– réduire les temps de parcours des usagers (en particulier inter-banlieues)
– réduire le nombre d’automobiles sur l’ensemble de l’agglomération et en particulier sur la rocade toulousaine
– développer un système de trains urbains et périurbains avec une desserte à la ½ heure minimum et au ¼ d’heure en heure de pointe en zone dense.
– accélérer les bus en sites propres et développer les sites propres radiaux et de banlieue à banlieue. – Renforcer et développer une offre publique de transport attractive autour de Toulouse dans toute l’agglomération et au-delà, dans toute la région métropolitaine toulousaine.

Notre point de vue sur la 3ème ligne :

Dans ce contexte, nous nous opposons au projet de la troisième ligne de métro pour les raisons suivantes :

  1. Son parcours :
    • reste dans Toulouse alors que les besoins de déplacement se trouvent ailleurs : de banlieue à banlieue (Muret/Blagnac par exemple) ou bien de banlieue au centre de Toulouse (Plaisance du Touch/Toulouse par exemple).
    • est incohérent par rapport aux lieux de densité de la population et aux flux de déplacements (Côte Pavée par exemple)
    • redouble souvent des infrastructures existantes (ligne B, ligne SNCF)
    • se perd au Nord-Est entre la gare et les Sept-deniers dans un tracé ne correspondant à aucun besoin
  2. Ses interconnexions :
    • le tracé conduit la ligne à croiser plusieurs fois les lignes existantes (A, B, train,tram) accentuant les ruptures de charge déjà existantes sur l’agglomération et rendant la logique globale difficile à comprendre
    • il y a un risque d’un usage très partiel de la ligne pour les usagers les plus « informés » et experts et d’un usage très modéré pour les usagers plus routiniers ou ponctuels, en raison de sa complexité au centre de Toulouse.
  1. sa vitesse :
    • les temps annoncés – associés au parcours très sinueux – sont trop longs pour attirer de nouveaux usagers.
    • Sur le parcours Gare Matabiau-Labège, le train ne met que 9 minutes.
    • De l’autre côté, le temps parcouru annoncé entre la gare Matabiau et le terminus Colomiers Airbus est trop long.
  2. Sa programmation :
    • La construction d’un métro est longue et lourde
    • La mise en service en 2024 (option haute) laissera l’offre dans l’agglomération quasi-constante pendant presque 10 ans pendant lesquels 100 000 nouveaux habitants seront arrivés
  3. Son coût
    • Les évaluations évoquent de 1,7 à 2 milliards d’€, obérant tout autre projet de développement de l’offre de transport pendant plus de 20 ans
    • Le coût des 2 premières lignes A & B a pesé très fortement sur le budget de Tisseo
    • Le financement probablement basé sur un partenariat public-privé nous parait risqué si la fréquentation n’est pas à la hauteur de l’investissement

Nos projets alternatifs :

  • s’appuyer sur les 5 lignes de la SNCF qui entrent dans Toulouse : les petites gares, la fréquence, les liens gare-réseau Tisseo
  • réfléchir à réduire les temps de transport autour de 30 minutes pour Toulouse-banlieue et banlieue-banlieue dans la première couronne
  • planifier l’usage de la rocade par des lignes de transport en commun prioritaires
  • Développer un maillage étendu de lignes en site propre (bus et/ou tram) connectées à la structure actuelle de modes lourds (TER, Ligne A et B du métro).
  • Améliorer l’accessibilité des transports en commun en modes doux (pistes cyclables vers les gares et stations, stationnements vélo à proximité, ateliers à proximité des pôles d’échanges…).
  • restreindre l’usage des voitures individuelles
  • lancer des expérimentations de gratuité temporaire (par exemple 1 semaine de gratuité des TC pendant la semaine de la mobilité, permettant aux possibles usagers de voiture de choisir un jour ou plusieurs pour effectuer leurs trajets)
  • lancer un groupe de travail très ouvert pour réfléchir et proposer des solutions autour du pôle aéronautique.
Share

Nous demandons à la CNDP qu’elle organise le débat sur la 3ème ligne de métro

CNDP

Notre lettre à

Monsieur Christian Leyrit, Président de la Commission Nationale du Débat Public concernant l’organisation du débat public de la troisième ligne de métro toulousaine portée par le SMTC-Tisséo

Monsieur,

vous allez traiter mercredi 4 mai 2016, avec l’ensemble de la CNDP, la demande du SMTC-Tisséo au sujet de la troisième ligne de métro Toulousaine dite « TAE ». Nous souhaiterions que cette contribution soient transmise à l’ensemble des membres afin d’alimenter leurs réflexions.

Continue reading

Share

répondre au questionnaire région LRMP auprès des usagers du train (Etats généraux du rail)

Bonjour à tous,

Que vous soyez utilisateur régulier, occasionnel ou même non utilisateur du train, il est important de répondre à ce questionnaire quelques soient toutes ses insuffisances.

http://www.regionlrmp.fr/rail  : cliquez sur Répondre au questionnaire en ligne

Surtout ! Ne répondez, ne cliquez pas sur « Jamais » aux quatre propositions de la première page, car vous seriez redirigés directement sur les questions de la LGV et toute la partie sur les TER, les Intercités de jour et de nuit, le fret, etc. serait zappée, mais affirmez a minima que vous prenez, même rarement, le train.

Ce questionnaire a pour but de trancher en terme de priorité entre les deux LGV (Montpellier-Perpignan, Bordeaux-Toulouse-Dax + les 6 gares TGV pour un cout de 14 milliards d’€) et la redynamisation du réseau ferré régional.

Répondre que vous voulez la très grande vitesse aidera l’exécutif de la région LRMP à donner la priorité aux LGV au détriment du réseau ferré régional et urbain (tramways, tramway express régional …) en l’état actuel de la capacité « contraintes » de financement par les pouvoirs publics des réseaux de transport public.

Le questionnaire se termine par : Avez-vous d’autres suggestions ou remarques sur le transport par train et par autocar dans la région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées ?

N’hésitez pas dans ce cadre à développer les besoins en transports ferroviaires du quotidien dans la région toulousaine.

Par exemple :
– RER au 1/4 d’heure autour de Toulouse
– TER fréquents, confortables et à prix raisonnable pour relier les autres villes de la région.
– Connexion au réseau tisseo
– tarification unique.
– …

Les territoires ont besoin d’un réseau ferroviaire largement maillé et non d’un réseau noyau structuré par des LGV peu fréquentées

Share

[Pétition] Labège : en attendant le métro, mettons en place une liaison ferroviaire efficace !

La desserte en transports en commun de la zone de Labège a été récemment le théâtre de nombreuses propositions qui se sont toutes focalisées sur le métro.

Desservir Labège en métro sera une solution très efficace, avec une fréquence élevée et une large amplitude horaire, mais celle-ci ne sera pas réalisée avant au moins 8 ans.

En attendant, il existe déjà une desserte efficace et rapide en transports en commun depuis le centre-ville de Toulouse : la ligne de TER Toulouse/Castenaudary. Globalement ponctuelle, celle-ci est d’une rapidité incomparable avec une liaison Toulouse Matabiau / Labège Innopole en seulement 10 minutes, avec en plus la possibilité d’emporter son vélo à bord !

Empruntée déjà aujourd’hui par de nombreux salariés, cette liaison souffre d’un défaut majeur : aucun TER ne circule entre 8h15 et 10h15 dans le sens Toulouse -> Labège ! Celles et ceux qui désirent utiliser le train sont donc obligés de partir tôt, et certains ne peuvent pas le faire. Or, la ligne est pourtant déjà cadencée le soir avec un train toutes les 30 minutes entre 17h30 et 19h30 dans le sens Labège -> Toulouse.

Nous demandons donc à la SNCF et à la région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées d’augmenter la fréquence de la ligne Toulouse/Labège Innopole en ajoutant 2 trains le matin dans le sens Toulouse -> Labège Innopole, avec un départ à 8h45 et un autre à 9h15.

De cette manière, la desserte de Labège sera bien plus efficace immédiatement, utilisable par de nombreux salariés qui ne veulent plus se retrouver coincés dans les bouchons, et permettra de patienter jusqu’à la mise en service d’une liaison plus performante (métro, train ou tram).

A moyen terme, nous demandons à la région un véritable cadencement de cette ligne, avec un train toutes les 15 minutes, et la constitution d’un réseau Toulousain de trains urbains (type RER) , avec par exemple une liaison Castelnau d’Estrétefonds – Escalquens avec de nouvelles haltes aux Herbettes et à Malepère.

Pour appuyer cette demande, l’AUTATE a mis en ligne une pétition.

Nous invitons toutes les personnes qui soutiennent cette demande à signer cette pétition.

 

Share

Rencontre du 8 mars 2016 avec le SMTC-Tisséo

Le 8 mars 2016, l’AUTATE a rencontré Jean-Michel Lattes, président du SMTC*-Tisséo et son équipe : nous avons discuté des tarifs, des futurs bus Linéo, de la coordination SMTC-département-région-SNCF, de la 3ème ligne de métro, du projet de téléphérique, du tram trop lent, des embouteillages sur la rocade. Le compte-rendu a été envoyé aux adhérents.

Nous poursuivrons ce travail en échangeant régulièrement avec le SMTC-Tisséo.

* Syndicat Mixte des Transports en Commun

Share