Revue de presse

[La Dépêche] Retards dans les TER : les chiffres officiels loin de la réalité du terrain

Transports

 

L’association de consommateurs UFC Que Choisir Toulouse a relevé 717 incidents en 5 mois sur le réseau TER. Elle demande un droit au remboursement automatique en cas de retards récurrents.

L’amélioration est «insignifiante». Sur les 10 premiers moins de l’année 2015, le taux de ponctualité «officiel» des TER de Midi-Pyrénées est de 89,4 %. Soit à peine 0,4 % de mieux que sur les 10 premiers mois de 2014, où, selon l’association de consommateurs UFC Que Choisir Toulouse, 89 % des trains avaient été ponctuels dans notre région.

Et encore, l’association donne ici les chiffres issus des données officielles de la SNCF. Or, ceux-ci ne prennent pas en compte les trains déprogrammés, ni les retards de moins de 6 minutes.

Retard de 18 minutes en moyenne

Pour concrétiser en chiffres le quotidien des Toulousains, l’UFC Que Choisir a lancé en mai 2015 l’application mobile «Anti-retards». Celle-ci permet aux utilisateurs des trains régionaux de signaler les incidents rencontrés (annulations, retards). En cinq mois, explique l’UFC, les utilisateurs de l’application ont fait remonter 717 incidents : 71 % concernaient des retards, et 29 % des annulations de trains.

Le retard moyen constaté en Midi-Pyrénées grâce à l’application s’élève à 18 minutes. Et dans 50 % des cas (!), la SNCF n’a communiqué aucun motif d’explication aux voyageurs.

«Trop, c’est trop. Il est temps que les candidats aux régionales (6 et 13 décembre prochains, N.D.L.R.) s’engagent, explique Sylvie Pradelle, présidente de l’UFC Que Choisir Toulouse. Et qu’ils le fassent précisément».

L’association préconise deux solutions pour améliorer le quotidien des usagers, et inciter la SNCF à véritablement agir pour la ponctualité de ses trains : un droit au remboursement automatique en cas de retards récurrents sur les lignes, et une politique de bonus/malus, qui ferait baisser les paiements de la région en cas de retards trop nombreux.

«Actuellement, on privilégie le TGV, qui transporte très peu de personnes, en regard des millions de voyageurs quotidiens qui prennent le TER dans notre région», explique Danielle Charles, de l’Association des usagers des transports de l’agglo toulousaine et environ (1). Avec plusieurs autres associations d’usagers, elle souhaite «faire pression sur l’exécutif politique».

lire la suite sur La Dépêche

illustration : photo DDM

Share

[La Tribune ObjNews] : Métro à Labège : le Sicoval pose une première pierre symbolique pour faire réagir le maire de Toulouse

Une première pierre très symbolique sur le tracé même du futur PLB a été posée ce mercredi 2 décembre par Jacques Oberti, président du Sicoval, et les élus des 36 communes du territoire, en présence de Georges Méric, président du Conseil départemental. Un nouveau coup d’éclat pour exhorter Tisséo et Jean-Luc Moudenc à lancer les appels d’offres nécessaires au démarrage des travaux.

La brochette d’élus du Sicoval était pratiquement complète aujourd’hui dans le vaste hangar qui jouxte le siège social du Sicoval à Labège. Les élus ou adjoints des 36 communes ont répondu présent à l’appel de Jacques Oberti afin de poser la première  pierre du PLB  (prolongement de la ligne B) et présenter à la presse le prototype du viaduc qui devrait accueillir les rails du métro. Pour rappel, le projet est pour le moment suspendu à la décision du maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, qui n’y est pas favorable.

Derrière les écharpes tricolores et les sourires, le ton est rapidement devenu offensif. Après avoir remercié les élus d’avoir « joué le jeu de cette image très symbolique », Jacques Oberti, le président du Sicoval, est entré dans le vif du sujet.

lire la suite sur La tribune Objectif News

Share

[20 minutes] Toulouse: Ils croient encore au prolongement de la ligne B du métro

TRANSPORTS Les partisans du prolongement du métro vers Labège, dont le maire de Toulouse ne veut plus, crient à « l’erreur politique »…

Peu importent les déclarations intempestives qui donnent le prolongement de la ligne B du métro vers Labège (PLB) pour moribond. Cela n’a pas empêché « la première pierre » du projet d’être posée mercredi, dans un hangar situé sur le tracé.

Cette scène a eu lieu mercredi en présence de Jacques Oberti (PS), le président du Sicoval, et de Georges Méric (PS), celui du Conseil départemental, entourés de la quasi-totalité des maires du sud-est toulousain.

lire la suite sur 20 minutes

Share

[Actu Coté Toulouse] Les travaux préparatoires pour doubler la capacité des rames de la ligne A ont débuté

En 2019 à Toulouse, la ligne A du métro verra sa capacité doubler avec le passage à 52 mètres des quais de toutes les stations. Les travaux préparatoires sont lancés.

Ce ne sont que des travaux préparatoires mais ils lancent de façon concrète le chantier d’allongement des quais de la ligne A du métro toulousain, chantier qui doit permettre de doubler le nombre de rames en circulation sur la ligne à partir de septembre  2019.

Une foreuse à Patte d’Oie, Mermoz et Fontaine Lestang

Après avoir inspecté le sol près de la station Patte d’Oie, un imposant engin de forage s’installe jeudi 26 novembre 2015 à la station Mermoz. Comme à Patte d’Oie, il va creuser à 16 mètres de profondeur, quasiment à l’endroit où la terre sera excavée lors des travaux effectifs. Via ce forage, il va s’agir d’identifier la nature des terrains qui vont être creusés lors de l’allongement des quais à 52 mètres de trois stations souterraines : Patte d’Oie, Mermoz et Fontaine Lestang.

lire la suite sur Actu Coté Toulouse

(photo d’illustration Tisséo)

Share

[Actu Côté Toulouse] Bouchons. À Toulouse, une association des usagers des transports se relance

Transports

Bouchons. À Toulouse, une association des usagers des transports se relance

Mardi 24 novembre 2015, l’association AUTATE, créée en 2007, se relance et organise une réunion publique pour porter la voix des usagers des transports de l’agglomération.

Publié le : 24/11/2015 à 13:47

À Toulouse, cela fait des années que l’exaspération monte chez les habitants, quel que soit son mode de transport pour se déplacer. Bouchons monstres sur la rocade, mauvaises connexions entre les différents modes de transport, zones urbaines mal desservies : face à ces constats, les usagers veulent reprendre la parole.

Une première réunion mardi soir

Après le lancement par le Sicoval de la campagne Marre des Bouchons, l’Association des Usager-e-s  des Transports de l’Agglomération Toulousaine et de ses Environs, l’AUTATE, relance ses activités.

Créée en 2007, l’association s’était mise en sommeil sous le mandat de Pierre Cohen. Elle reprend son bâton de pèlerin sur la base d’un constat : « la situation loin de s’arranger, se dégrade de jour en jour », selon sa porte-parole Marie-Pierre Bès.

Mardi 24 novembre 2015, à 20 h, l’association organise une première réunion dans la salle San Subra (quartier Saint-Cyprien) à Toulouse.

Faire remonter les problèmes sur l’ensemble de l’agglomération…

Lire la suite sur actu.cotetoulouse.fr

 

Share

[La Dépêche] Enfin une association d’usagers des transports toulousains

,

Transports – Métro, tram, bus, train

L’Autate se propose de recueillir les avis des usagers des transports toulousains afin de tenter de régler les problèmes concrets qui se posent à court terme mais aussi de proposer des solutions à plus long terme.

«Les embouteillages imposants observés tous les jours sur nos rocades démontrent que l’offre de transports présente sur l’agglomération toulousaine n’est pas à la hauteur des besoins de déplacements». Le constat est sans appel. Il est dressé par une association, l’Autate (association des usagers des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs) qui tient son assemblée générale extraordinaire ce soir à Saint-Cyprien (lire ci-contre).

L’association souhaite écouter les usagers, recueillir leur avis, relayer leurs problèmes quotidiens auprès des responsables des transports pour obtenir, pourquoi pas, des modifications concrètes (horaires, lignes, arrêts) à court terme et faire des propositions à plus long terme.

«Sur la rocade, c’est la catastrophe, il y a deux à trois heures chaque jour de pagaille dans l’agglomération toulousaine aux heures de pointe», constate Marie-Pierre Bès, porte-parole de l’Autate, qui estime : «Il faut mettre le paquet pour les banlieusards».

Impossible de sortir de Blagnac le vendredi soir

Lire la suite sur ladepeche.fr

 

Share

[20 minutes Toulouse] Lassés de la galère, des usagers des transports en commun créent une association

TRANSPORTS Donner la parole aux usagers des transports en commun de toute l’agglomération et servir d’aiguillon. C’est l’objectif d’une association relancée ce mardi…  

Helene Menal Publié le

« J’habite à Blagnac et je travaille à Rangueil. En transports en commun, le trajet dure 1h15, détaille Marie-Pierre Bès. A vélo, que je prends le plus souvent possible, c’est 35 à 40 minutes, à peu près autant qu’en voiture en comptant le temps passé dans les bouchons ». L’universitaire est bien placée pour décrire la galère quotidienne des habitants de l’agglomération. Persuadée que « l’offre de transport n’est pas la hauteur des besoins de déplacements », elle fait partie de ceux qui ce mardi soir vont réactiver l’Association des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs (Autate).

Lire la suite sur 20minutes.fr

Share

Un RER pour l’agglo toulousaine ?

Un article paru dans la Dépêche du midi le 13/09/2014

lire sur le site

Plusieurs acteurs de l’agglo travaillent sur un projet de RER au Nord et à l’Est de Toulouse. Un projet à long terme, coûteux, qui fait l’objet de débats chez Tisséo.

Toulouse aura-t-elle un jour un RER à la parisienne ? À l’image de ce qui existe déjà vers Colomiers mais avec des dessertes plus fréquentes ? L’idée, qui figurait dans les programmes des deux principaux candidats aux municipales, est aujourd’hui sur la table. Réunis mercredi matin, les élus qui forment le bureau du syndicat mixte des transports en commun (SMTC-Tisséo) l’ont évoquée lorsqu’ils ont élaboré la feuille de route de la mandature : 3e ligne de métro, bus, aérotram… Séduisant pour les uns, coûteux pour d’autres, le RER, qui implique de nombreux acteurs, devra d’abord faire l’objet d’arbitrages au sein du SMTC-Tisséo et de la majorité.

Fenêtre de tir

Le 22 mai, tout juste élus, Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, et Jean-Michel Lattes, son premier adjoint, président du SMTC, découvrent les conclusions d’une étude lancée par leurs prédécesseurs, menée par Europolia, une société publique, émanation de la communauté urbaine et de la région, qui planche sur l’arrivée de la LGV à Matabiau en 2024. La grande vitesse libère une voie entre Saint-Jory et Toulouse, la banlieue la moins desservie, et offre donc une occasion unique de créer le RER. L’étude détaille les futures gares (Castelnau-d’Estrétefonds, Lespinasse, Fenouillet…), le cadencement au quart d’heure et évoque même la possibilité de relier Montaudran, Labège… Du Nord au Sud-est, un grand axe se dessine.

L’idée d’utiliser les voies ferrées n’est pas nouvelle. Mais elle connaît un inconvénient majeur : son coût d’exploitation. D’abord emballé, Jean-Luc Moudenc serait plus dubitatif. Quel coût ? Qui paye ? Et quelle est l’autorité organisatrice ? Voilà les trois questions clé posées mercredi par l’élu toulousain Pierre Trautmann.

Jean-Michel Lattes juge, lui, le projet, qui émane de la SNCF et de RFF et concerne aussi la région, «extrêmement séduisant. Mais nous ne sommes pas entrés dans la dimension financière.» Une rencontre est prévue «en novembre entre Jean-Luc Moudenc et la SNCF pour une analyse technique». Pour l’élu, le RER ne remet pas en cause en tout cas la 3e ligne de métro.

L’aérotram jusqu’à Basso-Cambo : le projet surprise de Jean-Michel Lattes

Président du syndicat mixte des transports en commun (SMTC-Tisséo), Jean-Michel Lattes a surpris son monde mercredi matin lors de la réunion de bureau du syndicat. Devant la vingtaine d’élus présents, il a fait part d’un projet jusqu’à présent jamais évoqué : le prolongement de l’aérotram, pourtant peu en odeur de sainteté, jusqu’à Basso Cambo, terminus de la ligne A. Surprise dans les rangs : Claude Raynal, maire PS de Tournefeuille, Thierry Suaud, maire PS de Portet, et même Arnaud Lafon, maire Modem de Castanet, s’étonnent. «Il nous parle d’abord d’un coût qui explose et à présent d’un doublement de la ligne. Tout ça alors qu’on cherche de l’argent pour les projets», témoigne un élu sous couvert d’anonymat.

Joint hier, Jean-Michel Lattes se justifie. Pour lui, le projet, bien que plus médiatique que les bus Linéo, est du même ordre de prix. Et il émane de la réflexion déjà entamée avant l’été sur l’aérotram. «Pour moi, c’est un dossier retravaillé. J’ai échangé avec mes ingénieurs et j’ai senti qu’il y avait là une piste intéressante.»

Pour le président du SMTC, il faut retenir le rapport entre le coût et l’efficacité. En clair, un aérotram Rangueil-Oncopole pour 7 000 personnes par jour, ce n’est pas rentable. C’est moins que la ligne 16 avec ses 22 000 passagers. Alors que prolongé jusqu’au métro, l’aérotram peut voir sa fréquentation «multipliée par trois». Le prolongement serait de plus moins coûteux que le franchissement de Pech David et de la Garonne. «Même si le projet est plus cher, il est plus rentable», avance-t-il. Le coût serait de toute façon inférieur à 100 M€, selon lui. Une étude est lancée. Mercredi, un des élus surpris lui aurait finalement dit «chiche».

Métro à Labège : l’enquête publique en novembre

Bonne nouvelle pour le Sicoval, la communauté d’agglo du Sud-est toulousain, qui porte à bout de bras le projet de prolongement du métro à Labège. Sollicitée par «La Dépêche», la préfecture a indiqué que l’enquête publique pourrait débuter «à la mi-novembre». C’est un pas de plus et une façon de consolider le projet en butte à deux obstacles : les 25 M€ que l’Etat devait donner dans le cadre de l’appel à projets et qui sont toujours attendus, mais aussi le scepticisme que la nouvelle majorité du SMTC, comme l’ancienne d’ailleurs, laisse percevoir. Sicoval et SMTC doivent verser chacun 141 M€ pour un projet estimé à 373 M€

Share