[La Dépêche] Financement de la 3e ligne de métro Moudenc va interpeller les candidats

Un article de Philippe Emery paru dans la Dépêche du midi le 19/02/2017

2,12 milliards d’euros, cela ne se trouve pas comme ça.

Et même si le SMTC-Tisséo, Toulouse Métropole, le conseil départemental et la région Occitanie se sont déjà positionnés pour financer, en grande part, le projet de 3e ligne de métro, le bilan du débat public a rappelé récemment l’hypothèse d’un financement exceptionnel sur le modèle de celui du Grand Paris Express.

Ce projet prévoit notamment plusieurs lignes de métro autour de la capitale (25 milliards d’euros d’investissement prévus, dix fois plus que pour la 3e ligne).

De quoi s’agit-il exactement ? «Le Grand Paris Express bénéficie d’une fiscalité dédiée, avec une part de la taxe sur les bureaux en Ile-de-France et de la taxe spéciale d’équipement, taxe additionnelle aux taxes locales, qui rapportent plus de 450 millions d’euros par an», indique Jean-Claude Ruysschaert, membre de la commission particulière du débat public sur la 3e ligne, au fait du système parisien.

lire la suite

Share

[La Dépêche] Ce qu’ils en pensent…

Un article paru dans la Dépêche du midi le 17/02/2017

JEAN-MICHEL LATTES>La 3e ligne sort confortée du débat . «J’ai tenu, en assistant à la conférence de presse de la commission particulière, à marquer l’attention qui a été la nôtre à ses actions. Nous avons mis à sa disposition tous les moyens matériels nécessaire. Les équipes de Tisséo-SMTC ont fait preuve d’une disponibilité totale. La commission a bien travaillé : elle a permis un débat riche et surtout serein. Cela a permis d’aller au fond, donc de bien faire comprendre les enjeux fondamentaux du projet. Le rapport de 160 pages va faire l’objet d’une analyse approfondie. Nous déciderons collégialement de la suite qui lui sera donnée. C’est avec optimisme et volontarisme que je vais aborder les prochaines étapes. J’ai la conviction profonde que notre projet sort renforcé de cet exercice démocratique».

L’AUTATE>Un rapport qui n’ose pas. L’Autate (association des usagers des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs) «s’inquiète des multiples non-réponses du SMTC à des questions majeures, ainsi que ses comparaisons partiales de l’efficacité du métro vis-à-vis des autres modes de transport (tramways, train) très éloignées des retours d’expérience ailleurs en France. Nous nous inquiétons également du fait qu’après un an de concertation et de débat public, le projet de révision du PDU n’ait pas bougé d’un iota. La commission a demandé que notre projet soit évalué sérieusement par un comité scientifique indépendant. Nous resterons vigilants…»

VELORUTION> Métro, boulot, dodo, pas de vélo. «Tout tourne autour du métro et réduire la place de la bagnole est le dernier des soucis, il n’est pas prévu qu’elle diminue dans le cadre du PDU (plan de déplacements urbains)».

COLLECTIF CITOYEN>La menace d’un recours juridique. «La CNDP soutient nos demandes. Nous exigeons que les variantes de tracé soient toutes étudiées et comparées objectivement avec celles de Tisséo. Auquel cas, dans les phases à venir avant l’enquête publique, nous ne verserons alors plus dans «l’approbation critique» mais dans l’opposition pure et simple au projet. Nous serions alors contraints et prêts à utiliser toutes les voies de droit pour opposer un recours juridique, susceptible d’empêcher tout lancement du chantier avant la fin du mandat municipal».

lire la suite

Share

[La Dépêche] Une 3e ligne de métro à améliorer en tenant compte des critiques

Un article de Philippe Emery paru dans la Dépêche du midi le 17/02/2017

Le rapport de la CPDP, publié hier, fait état des critiques issues du débat public, et des recommandations de la commission. Au SMTC d’en tenir compte pour asseoir un projet «plutôt opportun».

Un projet de 3e ligne «plutôt opportun dans ses objectifs, cohérent dans les grands principes de son tracé et prioritaire dans sa réalisation». La commission nationale du débat public, a résumé ainsi, hier, l’avis assez positif du grand public interrogé lors du débat organisé du 12 septembre au 17 décembre 2016 sur le projet.

 

Share

[JournalToulousain] Dossier Harcèlement de Rue : la riposte s’organise

HE MADEMOISELLE ! – Une main baladeuse, un “Joli petit cul !”, un homme qui vous suit dans la rue… Si le harcèlement sexuel prend des formes différentes, il concerne en revanche toute la gent féminine. Ce phénomène est pourtant sous-estimé. Plusieurs acteurs ont néanmoins décidé de ne pas rester indifférents. Des campagnes de sensibilisation dans les transports en commun, aux cours pour de self-défense en passant par des idées pour concevoir une ville plus accueillante pour les femmes, cette semaine le JT explore des outils pour ne plus rester silencieux.

Endroits clos, affluence, arrêts définis… Les transports en commun sont le lieu idéal pour voir se développer des comportements déplacés et sexistes vis-à-vis des femmes. Une étude de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut), menée en 2015, révèle d’ailleurs que 100% des utilisatrices des transports collectifs ont été victimes de harcèlement de rue.

À Toulouse, « une quarantaine de plaintes sont déposées chaque année », précise Jean-Michel Lattes, président de Tisséo-SMTC, l’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération. Les associations, elles, mettent plutôt en lumière le chiffre de 260 faits d’incivilités à caractères sexistes constatés, mais pas forcément suivis de poursuites judiciaires. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) s’est également emparée du problème : «Seules 2% des femmes portent plainte, l’ampleur du problème est donc bien plus important que ce que pense les pouvoirs publics », constate Philippe Lebailly, porte-parole du pôle “Harcèlement sexiste dans les transports” au sein de la LDH Toulouse.

C’est donc naturellement que le mouvement s’est associé à l’Association des usagers des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs (Autate) pour sensibiliser le grand public et saisir les décideurs face au harcèlement de rue. Une rencontre entre Tisséo, la LDH et l’Autate a d’ailleurs eu lieu en janvier dernier et une seconde est programmée le 24 février prochain. «Les élus semblent réceptifs à nos propositions pour mettre en place des actions efficaces comme les campagnes de sensibilisation permanentes, le contrôle des publicités sexistes, l’adaptation des transports aux horaires et aux trajets contraints des femmes», commente Agnès Defosse, adhérente de l’Autate.

«Mais tous minimisent l’ampleur de la situation», lance Philippe Labailly, «la preuve la plus flagrante reste l’absence de définition du harcèlement de rue dans la législation

Share

Bilan du Débat Public sur la troisième ligne de métro : Un rapport qui n’ose pas.

L’AUTATE remercie la Commission Particulière du Débat Public (CPDP) pour la qualité du débat qu’elle a organisé. Elle constate toutefois que dans son rapport final, dans sa volonté d’impartialité, la CPDP fait trop confiance au SMTC pour poursuivre une concertation de même qualité jusqu’à l’enquête publique. En effet, si le maître d’ouvrage reprend à son compte la suite du débat public, il y a un fort risque de partialité en faveur du projet de 3ème ligne en l’état, et du nouveau PDU dont il est l’investissement le plus lourd.

D’ores et déjà, l’AUTATE s’inquiète des multiples non-réponses du SMTC à des questions majeures qui avaient été posées sur internet ou lors des débats, ainsi que ses comparaisons partiales de l’efficacité du métro vis-à-vis des autres modes de transport (tramways, train) très éloignées des retours d’expérience ailleurs en France.

Nous nous inquiétons également du fait qu’après un an de concertation et de débat public, le projet de révision du PDU n’ait pas bougé d’un iota.

De même, dans son rapport, l’enjeu du financement du métro n’a pas été suffisamment questionné. Le rapport ne souligne pas la sous-estimation de 500 millions € du coût de la ligne faite par le SMTC, l’impact des 120 millions € annuels des intérêts financiers, la capacité des collectivités à doubler leur participation, et les nombreux aléas (20 % selon l’expert de la RATP)…

La CPDP ne souligne pas la faiblesse de la fréquentation, telle que nous l’avons pointée, alors que le chiffre annoncé de 180 000 personnes par jour correspond plus à une ligne de 10 km de métro que de 28 km. Cet argument devrait suffire à remettre en cause le projet de 3ème ligne.

Un projet de métro se justifie uniquement là où se trouvent des fuseaux de fréquentation suffisants.

Une infrastructure sous-utilisée réduit fortement les possibilités de maillage du réseau.

Par contre l’AUTATE se félicite que la commission ait demandé, page 105 de son rapport, que notre contre-projet soit évalué sérieusement par un comité scientifique indépendant du SMTC.

Nous resterons vigilants à ce que cette recommandation soit concrétisée et annexée à l’enquête publique.

Share

Compte-rendu établi par le Président de la Commission particulière du débat public

Pour lire le compte-rendu de 118 pages

Nous vous recommandons la page 105 : « Dans ce contexte, la commission souhaite que soient étudiées avec un soin et une grande rigueur les solutions alternatives proposées par le Collectif citoyen et par l’Autate, notamment sous l’angle de leurs coûts et de leurs impacts sur l’ensemble des enjeux et du diagnostic évoqués en début de la 3ème partie du présent rapport.

Afin que la légitimité de la démarche soit complète, il importe que ces alternatives soient soumises à expertise dans la présentation et la description qu’en feront leurs initiateurs et avec leur concours.

Le maître d’ouvrage ne pourrait pas durablement rester sur la position qui consisterait à contester leur représentativité, d’autant que le débat a fait apparaître que ces groupements étaient aussi porteurs d’interrogations partagées dans le grand public.

Il serait délicat que cette évaluation soit conduite sous la seule égide du maître d’ouvrage. »

 

Share

contribution AUTATE projet mobilité 2025-2030

L’ AUTATE contribue au projet mobilité 2025-2030, au titre de Personne Publique Associée.

Voici notre Contribution Plan mobilité AUTATE

C’est une version provisoire, nous restons à l’écoute de vos commentaires jusqu’au 24 février.

(le dernier délai pour l’envoi est le 28 février)

http://www.smtc-tisseo-jeparticipe.fr/participer.htm

Share